• Chapitre 13

    Pierre la prend par la taille et ils sortent du train pour monter dans le dédale d'escaliers jusqu'à la surface. Ils effectuent quelques centaines de mètre pour arriver à la maison. Elle marche vite, elle est pressée de renter chez elle. 

    P: "Tu as repris des forces"

    A l'aide de son bras droit, elle ouvre son sac et cherche ses clés de la main gauche. 

    S: "Je n'aime pas trainer ici, puis j'ai vraiment envie d'être à la maison. Je marche trop vite peut-être ?"

    P: "Non pas du tout, et j'ai un pas rapide également"

    Elle trouve ses clés et ouvre la porte. 

    S: "Voilà, moi j'habite au 3eme. Je te précède"

    P: "Nous voilà arrivé en ton royaume. Je te suis"

    Elle ouvre la dernière porte, entre, lâche son sac à terre et souffle un coup. 

    S: "Bienvenue chez moi"

    P: "Merci"

    Il lance un regard circulaire. Son appartement est sobre mais chaleureux. 

    P: "C'est charmant chez toi. Accueillant, on s'y sent bien tout de suite"

    S: "Merci. Je ne gagne pas beaucoup, mais j'essaye que ca soit agréable. Je vais sortir les lasagnes et j'arrive. Installe-toi dans le salon, j'arrive"

    P: "Appelle moi si tu as besoin d'aide"

    Il cherche le salon, allume la lumière, enlève sa veste et s'assois sur le canapé. Stéphanie sors les lasagnes, et allume le four, et arrive aussitôt. Elle s'assied à côté de lui. 

    S: "Je ne t'ai pas tout dis hier, en fait ..."

    P: "J'espère bien ! Ta vie ne se résume pas à une conversation de quelques heures... Nous avons le temps de nous découvrir"

    S: "Oui, si on veut. Mais, j'y ai pensé toute la journée, et je voulais vraiment te le confier"

    P: "Je t'écoute, dis moi ce qui te préoccupe"

    S: "En fait, il y a une explication au fait que je ne parviens pas à tenir les objets au creux de mon coude ... Lors de l'opération les médecins ont touchés un nerf. Ils ne me l'ont pas caché, mais on a pas compris tout de suite les conséquences. Et maintenant on a compris, je n'ai pas récupérer 100% de ma sensibilité. Je ne ressens pas tout ce que je fais de mon bras droit quoi ... Et donc, si je ne regarde pas, parfois ca ne va pas tout seul. C'est pour ca que je perds les choses. Je voulais que tu le saches, parce que je sais que ce ne sont pas des petit accidents"

    P: "Ok je comprends"

    S: "Et ca arrivera encore souvent"

    P: "Merci de ta confiance pour me dire ça"

    S: "Faut pas le minimiser ... c'est ca la vérité. Cette opération aura eu pas mal de conséquences. Mais je ne pensais pas t'en montrer un tel éventail en si peu de temps. C'est vraiment une de mes plus grande peur, devoir à nouveau vivre tout ça. Et le moindre détail m'y fait penser. J'ai du me faire forte pour vivre normalement. Au début, je ne voulais pas sortir, de peur de me blesser à nouveau"

    P: "Je comprends, mais si tu veux me décourager, il en faudra plus que ça. Je suis certain que tu es bien plus forte que tu ne veux bien le montrer. Tu as enduré des moments très difficiles et tu t'en sors très bien"

    S: "Je ne veux pas te décourager. Mais simplement t'expliquer ce que tu n'as sans doute pas compris tout à l'heure. Et simplement, te dire que ca arrivera encore souvent."

    P: "Ok, je note, merci de ta franchise. On gardera le balai à portée de main alors " et je te regarde avec un grand sourire moqueur. "Je vais prévoir un tube de colle également"

    Elle rit, "oui, si tu veux".

     

    « Chapitre 12Chapitre 14 »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :