• Chapitre - Chapter 2

    Ils n'ont pas beaucoup de points en communs. Lui étant paraplégique et elle étant attiré par les paraplégiques, n'était-ce pas tout ce qu’ils avaient en commun, n’est ce pas ? [...]

    They didn't have very much in common. His being a paraplegic and her being attracted to paraplegics wasn't all they had, was it?[...]

    Il y eu une pause presque assez longue pour Elizabeth à se demande si elles avaient été déconnectées. Alors Amy dit: «Je te l'ai déjà dit; vous deux êtes vraiment différents et il semble que tu sois avec lui pour cette seule raison, pour la partie physique»

    Elizabeth roula sur le ventre, appuyée sur ses coudes. "Je ne pense pas que ce soit vrai! Je l'aime beaucoup en tant que personne. Mais je sens quelque chose qui manque, comme si je ne pouvais jamais tout à fait me détendre et être moi-même avec lui. C'est juste qu'il est entré dans ma vie d'une façon incroyable et je pense que cela doit signifier quelque chose. Quelles sont les chances de me trouver quelqu'un d'aussi physiquement parfait pour moi? "

    "Peut-être que son but dans ta vie était de t'aider à te guider à t’accepter toi-même et tu l’as fait maintenant. Le simple fait d’aimer quelqu’un ne veut pas dire que nous sommes censés être avec cette personne pour toujours ".

    "Mais comment puis-je m’en éloigner alors qu’il est si difficile de trouver des gars honnêtes en fauteuil roulant?" Elizabeth tenait le téléphone d'une main et de l'autre elle ramassait des mèches de cheveux et les soulevait puis les laissait tomber.

    “Est-ce que tu t’entends? Ta raison numéro un pour rester avec lui est que tu as peur de ne pas trouver quelqu’un d’autre. Ce n'est pas juste pour lui ou pour toi. "

    Elizabeth soupira. "Tu n’as pas tort." [...]

    There was a pause almost long enough for Elizabeth to wonder if they’d been disconnected. Then Amy said, “I've told you before; you two are really different and it seems like you're only with him for that one part, for the physical stuff.”

    Elizabeth rolled over onto her stomach, propped on her elbows. “I don't think that's true! I like him a lot as a person. But I do feel something lacking, like I can't ever quite relax and be myself around him. It's just that he came into my life in such an amazing way and I think that has to mean something. What are the odds of me finding someone so physically perfect for me?”

    “Maybe his purpose in your life was to help guide you to acceptance of yourself and you've done that now. Just because we love someone doesn't mean we are meant to be with them forever.”

    “But how can I walk away from this when it's so hard to find decent guys in wheelchairs?” Elizabeth held the phone with one hand and with the other she picked up strands of her hair and lifted then dropped them.

    “Do you hear yourself? Your number one reason to be with him is you're afraid you won't find someone else. That's not fair to him or to you.”

    Elizabeth sighed. “You do have a point there.”[...]

    Qu'est-ce qu'elle va dire à sa mère au sujet de sa rupture avec Stewart après tout le mal qu'elle avait eu à sortir avec lui en premier lieu? La dernière chose que voulait Elizabeth était un «je te l'avais bien dit" de sa mère. Et que se passerait-il quand Elizabeth rencontrera quelqu'un d'autre et devra présenter ses parents à un deuxième homme dans un fauteuil roulant? C'était assez difficile la première fois. Si elle le faisait à nouveau il n'y aurait pas moyen d'éviter certaines vérités qui dérangent.

    Il y a quelques mois, quand Elizabeth découvrit qu'il y avait un mot pour ses désirs, elle avait pris la décision de ne pas en parler à ses parents. Elle avait estimé que ce serait égoïste de sa part de les forcer à discuter du fétichisme et de la sexualité quand ils n'étaient pas préparés à faire face à cela. Ca avait paru incroyable de le dire à haute voix avec Stewart et Amy, mais elle ne voulait pas contrarier ses parents avec ça.

    Maintenant, elle commençait à se demander si elle serait en mesure de les préserver de cela pour toujours. Pourrait-elle continuer à rencontrer des hommes handicapés sans qu’ils ne fassent le lien? Pourrait-elle continuer à ramener des hommes handicapées à la maison et ne rien dire, prétendre que c'est quelque chose de tout à fait normal? Elle décida d'éviter de parler à ses parents de la rupture pour l'instant, même si elle leur parlait au téléphone presque tous les jours et rentrait chez lui pour les vacances d'automne dans seulement quelques semaines. [...]

    What was she going to tell her mother about breaking up with Stewart after all the trouble she had gone through to date him in the first place? The last thing Elizabeth wanted was an “I told you so” from her mother. And what would happen when Elizabeth met someone else and had to introduce her parents to a second man in a wheelchair? It was difficult enough the first time. If she did it again there would be no way to avoid some uncomfortable truths.

    A few months ago when Elizabeth first discovered there was a word for her desires, she had made the decision not to tell her parents about it. She reasoned that it would be selfish of her to force them to discuss fetish and sexuality when they weren't prepared to deal with that. It had felt incredible to say it out loud with Stewart and with Amy, but she didn't want to upset her parents with it.

    Now she started to wonder if she would be able to manage to keep it from them forever. Could she continue to date disabled men without having them draw the connection? Could she continue to bring disabled men home and just not say anything, pretend that it was a totally normal thing to do? She decided to avoid telling her parents about the breakup just yet, even though she talked to them on the phone almost every day and was going home for fall break in just a couple of weeks. [...]

    Cassie suivait des cours dans l'enseignement spécial, mais semblait avoir un état d'esprit très différent sur le handicap qu’Elizabeth. Elizabeth avait pris soin de ne rien dire quand les opinions de sa nouvelle amie sonnaient condescendants et paternalistes. Elle ne voulait pas isoler de nouvelles personnes, même si elle essaya de faire allusion à des références au handicap comme une question de droits civiques chaque fois que l'occasion se présentait. [...]

    Cassie was taking classes in special education, but seemed to have a very different mindset about disability than Elizabeth did. Elizabeth was careful not to say anything when her new friend's opinions sounded condescending and patronizing. She didn't want to isolate new people, though she tried to throw in references to disability as a civil rights issue whenever the opportunity came up.[...]

    « Et, en fait," ajouta-t-elle, "nous avons rompu."

    Cassie fut d’avantage surprise par son diplôme en éducation que par la rupture. Son verdict fut: «C'est noble et tout, mais tu ne veux pas t’attacher à ce genre d'avenir."

    Maintenant, c'était son moment. Maintenant, c'est le moment quand Elizabeth devrait dire qu'en réalité elle veut se lier à ce genre d'avenir et le ferait à nouveau si elle le pouvait. C'était l'ouverture parfaite pour être un dev au grand jour, pour dire à Cassie qu'un homme paralysé était exactement ce qu'elle cherchait. Elle regarda le visage de Cassie. La bouche de son ami a été chiffonnée sur le côté dans un air interrogateur. Elizabeth admira ses cheveux roux courts et le visage de poupée de porcelaine. La vie de dev en était très éloignée. Cassie se retourna vers son ordinateur, trouva quelque chose à rire sur Facebook. L'instant d'Elizabeth était passé. Elle pensait qu’il n’y aurait pas d’autre moyen de parler se sa sexualité à sa nouvelle amie sans ressembler à la pire sorte de monstre et quelqu'un à qui Cassie ne saurait jamais s'identifier.

    Cette nuit-là, se sentant seule dans son monde, elle appela Stewart. [...]

     “And, actually,” she added, “we broke up.”

    Cassie was a lot more surprised by his college education than by the breakup. Her verdict was, “It's noble and all, but you don't want to tie yourself to that kind of future.”

    Now was her moment. Now was when Elizabeth should say that actually she did want to tie herself to that kind of future and would do so again if she could. It was the perfect opening to be an out-of-the-closet dev, to tell Cassie that a paralyzed man was exactly what she was looking for. She looked over at Cassie’s face. Her friend’s mouth was scrunched to the side in a questioning expression. Elizabeth admired her short red hair and porcelain-doll face. The dev life felt very far away. Cassie turned back to her computer, found something to laugh at on Facebook. Elizabeth’s moment passed. She could think of no way to tell her new friend about her sexuality without sounding like the worst kind of freak and someone Cassie would never relate to.

    That night, feeling alone in her world, she called Stewart. [...]

    “Chouette.”

    “C’est ça?” Susans lui faisant un clein d’oeil.

    « C’est ça », dit Elizabeth avec un haussement d'épaules forcé. Elle n'avait toujours pas parlé à ses parents au sujet de la rupture avec Stewart et elle ne savait pas quand elle allait trouver le bon moment pour en parler. L'an dernier, elle avait aliéné et bouleversé ses parents afin de le rencontrer et cette année, elle le laissait partir. [...]

    “Good.”

    “That's it?” Susan raised an eyebrow at her.

    “That's it,” Elizabeth said with a forced shrug. She still hadn't told her parents about the breakup with Stewart and she didn't know when she would find a good time to mention it. Last year she had alienated and upset her parents in order to date him and this year she was letting him go. [...]

    Susan dit d'un ton qui sonnait comme si elle s'efforçait de paraître désinvolte, "Et comment va Stewart?"

    "Il va bien, j'en suis sûr."

    "Oh?"

    Elizabeth fini de mettre la plaque qu'elle tenait dans l'évier et regarda sa mère. «J'ai décidé que j'avais besoin d'essayer une variété d'. . . expériences. "

    Le soulagement dans les yeux de Susan était évident. En fait, il avait l'air triomphant. «Dieu merci, c'est hors de ton système,» dit-elle en refermant la porte du lave-vaisselle. Hors de son système? Elizabeth avait un sentiment d'angoisse dans son estomac quand elle réalisa que ça n'allait jamais finir. Elle et sa mère buteront toujours sur cette question sans jamais avoir une conversation honnête à ce sujet. Elizabeth continuerait simplement à se montrer avec des hommes handicapés et en ne parlant pas de ce sujet et Susan bouillerait silencieusement.

    "Ecoutes, je sais que tu as des difficultés à rencontrer des hommes, donc je vais t’aider», déclara Susan. Elle s'essuya les mains sur un torchon propre et le replia, le posa soigneusement sur le comptoir.

    "S'il te plaît ne fais pas cela."

    «Ce n'est pas ta faute si tu es jeune et inexpérimenté. Je peux te mettre en contact avec certaines personnes. Tu verras ce qu'une relation normale peut être. "

    Normal. Quel terrible mot. Pourquoi sa mère ne pouvait-elle voir qu’une relation avec Stewart n'était pas anormal? Deux personnes tentant de s'entendre et d'être amoureux, qu’est-ce qu’il y avait de si anormal à ce sujet? La tentation était grande en ce moment pour dire à sa mère la vérité, de dire qu’un copain paralysé n'était pas la fin de son voyage. Elizabeth se mordit la lèvre. Elle allait être bonne, elle n'allait pas bouleverser sa mère. Elle allait retourner à l'école dans quelques heures, elle pouvait garder sa bouche fermée.

    "Je connait simplement le bonhomme."

    «Je vais y réfléchir, maman."

    "Ne me rejetes pas, tu ne voudrais pas rater l'occasion de rencontrer quelqu'un de spécial."

    Non, elle ne voulait pas. Sa mère savait jouer sur la peur. Toute sa vie, sa mère l’avait toujours convaincue de faire les choses en disant qu'elle pourrait rencontrer l'amour de sa vie. Elle ne doit pas sauter de classe de gym, si elle y rencontrait quelqu'un de spécial là-bas? Même si Elizabeth connaissait sa tactique, ça fonctionnait encore. La logique était trop claire, comment pourrait-elle ne pas profiter de toutes les opportunités? Pourquoi fermer la possibilité de l'amour avec quelqu'un d'inattendu? [...]

    Susan said in a tone that sounded like she was trying hard to sound casual, “And how is Stewart?”

    “He's fine, I'm sure.”

    “Oh?”

    Elizabeth finished putting the plate she was holding in the sink and looked at her mother. “I decided I needed to try out a variety of . . . experiences.”

    The relief in Susan's eyes was evident. In fact, it looked triumphant. “Thank God that's out of your system,” she said, closing the dishwasher door. Out of her system? Elizabeth had a sinking feeling in her stomach as she realized that this was never going to end. She and her mother would continue to butt heads over this issue forever without ever having an honest conversation about it. Elizabeth would just keep showing up with disabled men and not saying anything about it and Susan would silently boil.

    “Look, I know you have trouble meeting men, so I'm going to help,” Susan said. She dried her hands on a clean dishcloth and folded it again, laying it neatly on the counter.

    “Please don't do that.”

    “It's not your fault that you're young and inexperienced. I can set you up with some people. You'll see what a normal relationship can be like.”

    Normal. What a terrible word. Why couldn't her mother see that a relationship with Stewart was not abnormal? Two people trying to get along and be in love, what was so not-normal about that? The temptation right now was huge to tell her mother the truth, to say that one paralyzed boyfriend was not the end of this journey. Elizabeth bit her lip. She was going to be good; she was not going to upset her mother. She would be heading back to school in a couple of hours; she could keep her mouth shut.

    “I know just the fellow.”

    “I'll think about it, Mom.”

    “Don't dismiss me; you don't want to miss opportunities to meet someone special.”

    No, she didn't. Her mother knew how to play on that fear. All of her life, her mother always convinced her to do things by saying that she could meet the love of her life. She shouldn't skip gym class, what if she met someone special there? Even though Elizabeth was on to her tactics, it still worked. The logic was too clear, how could she not take advantage of every opportunity? Why shut down the possibility of love with someone unexpected? [...]

    « Chapitre - Chapter 1Chapitre - Chapter 3 »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :