• Le dévotisme : une question d’éducation ?

    « Je me suis demandé un peu tard si le dévotisme est présent dans les familles, et si c'est la nature ou l’éducation. En fait, je me le suis déjà demandé par le passé, quand mon ex et moi avions convenu que quelques autres membres de ma famille avaient très probablement partagé mes tendances dans une certaine mesure!
    Mais récemment, ma fille est ainsi, elle fait toutes les choses que je faisais à son âge! À l'époque, j'ai eu des tendances « pretenders », qu’elle commence à avoir (même si elle ne s'en cache pas, comme je l'ai fait). Dans la plupart des histoires qu'elle écrit au moins un personnage a la caractéristique d’être dans un fauteuil roulant, elle veut désespérément une poupée Becky (voir photo). Quand nous étions en vacances, elle se cramponnait à une fille dans un fauteuil roulant à peu près de son âge le week-end, etc. En fait, elle a cette obsession depuis quelques mois!
    Aussi, elle commence tout juste à s'y intéresser chez les garçons. Je me demande si les deux sont liés!
    Peut-être est-ce lié au fait que la seule «figure paternelle» réelle qu'elle ait jamais eu était un utilisateur de fauteuil roulant? Nous avons vécu ensemble pendant quelques années et elle n’a aucun souvenir d’avant cette période. Cela semble plus probable, mais qui sait? Peut-être que certains d'entre nous sont en fait juste dévotée de mère en fille? Peut-être qu'il y a un gène dev’? »

    Claire : «C'est fascinant pour moi que vous eu des tendances « pretenders » quand vous étiez enfant.
    Mes enfants font aussi des choses que j'ai faites à cet âge. Enfin, deux de mes enfants le font, pas tous. Quand j'étais enfant, j'étais fasciné par toutes les choses liées au handicap. J'ai appris un peu le langage des signes, j'ai essayé d'apprendre le braille, j'ai joué dans le fauteuil roulant de mon cousin quand je pouvais, j'ai aimé regarder l'enfant à l'école qui avait une prothèse de bras, j'ai fait semblant que mes jambes ne fonctionnaient pas et que je marchais de manière bizarre ou je me suis traîné sur le sol. La chose importante que j'ai faite à cet âge, cependant, a été la prétention d'être aveugle. TOUT LE TEMPS. Chaque jour, je voulais éteindre les lumières dans la salle de bain qui n'avait pas de fenêtre, et je voulais prendre une douche et m'habiller pour l'école dans le noir. Quand j'ai joué à la maison avec mes amis, j'ai toujours voulu être soit aveugle ou en fauteuil roulant, sauf que nous n'avons jamais eu un fauteuil roulant à notre disposition.
    Je ne peux pas dire d'où ça vient, comme je n'ai jamais eu aucun contact avec des personnes aveugles. Je n’'ai, encore à ce jour, jamais parlé à quelqu'un qui est aveugle. Je n'ai juste pas eu l'occasion.
    Maintenant, un de mes enfants fait souvent semblant d'être aveugle. Ca ne peut pas venir de moi, car c’est quelque chose dont je n'ai jamais parlé avec eux, et ce n'est pas un intérêt qu'il aurait pu ramasser inconsciemment de moi parce que cela n'a pas été d'un intérêt bien particulier dans ma vie d'adulte. Lui et un autre de mes enfants aussi font semblant d'avoir seulement un bras, ou une jambe. Mais nous ne connaissons aucun amputés ni ne parlons d’amputés. Ca semble venir de leur intérieur, et non de moi.
    Le dévotisme : une question d’éducation ?

    Ils aiment tous jouer avec mon fauteuil roulant, mais je pense que c'est plus naturel, les enfants aiment les roues. Toutefois, celui qui aime faire semblant d'être aveugle est celui qui est dans le fauteuil roulant le plus souvent, et qui me dit "je veux un fauteuil roulant comme ça." Je n'encourage pas ce comportement et d'habitude je lui dis de sortir de la chaise. D'autre part, s’il est ainsi, il est ainsi, et il n'y a rien que je puisse faire pour l'arrêter.
    La seule fois où j'ai encouragé l'utilisation de la chaise était quand je l’ai attrapé essayant de danser avec la chaise. J'ai pensé, que s’il essayait de faire cela quand je ne suis pas là, j'ai besoin de m'assurer qu'il ne se blesse pas. Je lui ai montré comment pratiquer ses cabrioles avec le canapé derrière lui pour amortir la chute, comment rentrez votre tête à la poitrine lorsque vous sentez que vous allez tomber afin d'atterrir sur le dos et de ne pas claquer la tête sur le terrain, des trucs comme que. Juste au cas où.
    La fascination de cécité s’arrêté lorsque je suis entrée en contact avec mon premier paraplégique. C'est comme si quelque chose en moi avait fait tilt - Ça y est! Dès lors, tout était axé sur la paraplégie. C'est comme si je cherchais quelque chose et que je ne le trouvais pas jusqu'à ce que j'ai découvert ce que la paraplégie était. J'avais 9 ans.
    Mes enfants ne sont pas entré en contact avec une personne dans un fauteuil, sauf moi, donc je n'ai pas noté les tendances dévot ou fascination avec les autres handicapés. Il sera intéressant de voir ce qui se passe. Mais honnêtement, j'espère que mon fils ne se révèlent pas être un dévot. C’est difficile, et pour beaucoup d'hommes amène beaucoup de questions. Ce n'est pas quelque chose que je veux pour mes enfants. »

    « Je me demandais comment expliquez-vous votre fauteuil roulant pour vos enfants? Ou leurs enseignants et maman d’amis / etc? »

    Claire : « Je suis "chanceux" à cet égard dans parce que j’ai un document médical qui pourrait, dans des circonstances extrêmes, nécessiter l'utilisation occasionnelle d'un fauteuil roulant. Jusqu'à ce qui s'est passé, j’ai toujours caché ma chaise et je ne l'utilisais que quand j’étais sortie de la ville. Cet événement m'a donné le courage de faire mon « coming-out » et de l'intégrer dans ma vie quotidienne.
    Maintenant, pour être clair, ce problème n'affecte pas beaucoup ma mobilité. Il le fait, un peu, mais pas au point d’avoir réellement besoin d'un fauteuil roulant. J'utilise un fauteuil roulant parce que j'ai un trouble de l’identité à l’intégrité corporelle (TIIC) et l'autre question est une excuse commode. […] Il s'agit en fait d'un confort énorme pour moi parce que le mensonge m'envoie dans des paroxysmes de la culpabilité et cela me permet de ne pas mentir sans avoir à révéler mon TIIC quand on les interroge.
    Mon psychologue pense que c'est peut-être psychosomatique et mon médecin généraliste pense que les symptômes et les antécédents indiquent que c'est vrai (tous les deux sont au courant pour mon TIIC, et la chaise).[…] »

    "Il semble que vos enfants sont d’avantage exposés à des sujets médicaux que la moyenne. Dans le cas de Heather, il y avait une relation avec une personne signifiante qui a utilisé une chaise, ce qui pourrait expliquer beaucoup de choses. Ma fille semble montrer un intérêt moyen, (car je pense que beaucoup d'enfants l’ont, dans une merveilleuse façon), mais rien que j’équivaudrais au dévotisme que j'ai eu quand j’étais enfant. Nous allons voir comment ça joue pour elle. »

    Claire : « Il ne semble pas y avoir beaucoup d'entre nous avec des enfants. Que diriez-vous de nous-mêmes? Était-ce la nature, ou l’éducation ?
    J'ai eu un contact avec des personnes en fauteuil depuis un âge assez jeune. Mais j'ai des souvenirs de cette fascination remontant à avant que le contact ne se produise. Pendant très longtemps, je pensais que ma fascination avait à voir avec le fait que j'ai eu une «appréciation spéciale" pour les personnes handicapées à cause de mon contact étroit avec eux. C'est en partie vrai, et pourtant je ne pense pas que c'est toute l'histoire.

    Le dévotisme : une question d’éducation ?Je ne suis pas sûr, cependant, que le contact avec les personnes handicapées a beaucoup à voir avec cela. Si tel était le cas, il semblerait, que les frères et sœurs d'enfants handicapés et les enfants de parents handicapés seraient une grande partie de la population dévot. Mais je n'ai jamais entendu parler d'un dévot qui avait un frère handicapé.
    Puis à nouveau, cette population pourrait aussi être le nec plus ultra à nous réprimer. »

    Claire : « C'est vrai, la foi. Comment pouvez-vous éduquer une personne en étant un dev’? Un grand nombre de dévotée (peut-être pas sur ce forum, je ne me souviens pas) va dire: «Je suis un devotee parce que j'ai eu contact avec ça et une telle personne quand j’étais un enfant" ... comme une tante préférée qui était handicapée. Mais si c'était aussi simple que cela, pourquoi est-ce que tous les enfants qui ont un contact avec une tante handicapée ne sont pas des dévotee ?
    Je connais un autre gars qui jure qu'il est un fervent et aspirant parce que, quand il était enfant il a vécu près d'un magasin d'orthèses et il passait devant tous les jours et voyait des béquilles, fauteuils roulants, prothèses dans la vitrine du magasin. Eh bien, pourquoi tous les enfants habitant ce quartier ne sont-ils pas devenus devotee, si tel est le cas? Il a été clairement fasciné de l’obtenir, les autres étaient probablement mal à l'aise ou neutre à ce sujet. Il doit y avoir quelque chose qui était déjà là. »

    “Je pense que, comme avec toute autre condition, c’est à la fois inné et l'éducation qui interagissent. Vous devriez avoir une sorte de prédisposition qui interagit plus tard avec une expérience réelle. C'est peut-être pour ça que tous les enfants qui ont un membre de la famille handicapé ne sont pas devenu un devotee, ils n’avaient pas de prédisposition. Mais l'argument  "tous les enfants qui ont interagi avec le handicap ne sont pas tous devenu des devotee" n'est pas suffisant pour écarter l'hypothèse de l’éducation. Sinon, si l'on prend la position du naturel, le contre-argument serait: "tous les enfants qui sont né ne sont pas des dévos".
    Je crois à l’effet de l’éducation, parce que maintenant ça me semble la seule explication possible. Sinon, comment pourriez-vous expliquer cette préférence? Je crois cependant que l’effet de l’éducation a pu se produire si tôt, que tous les devotee ne s’en souvienne pas, mais ça avait encore un certain impact sur  lui / elle quand il/elle était un enfant en bas âge. Bien sûr, je peux me tromper. Mais dans mon cas, je suis sûr que c’est complètement l’éducation. Ma grand-mère était handicapée, et maintenant je sais, que chaque petite préférence que j'ai dans la zone de dévotisme, est une copie exacte de son handicap et de son état. D'une certaine manière, il est étrange et même effrayant de me sentir sexuellement excitée par ma grand-mère. Je suppose que d'une certaine façon je l'ai fait, ou peut-être l'amour a été transformé plus tard dans la sexualité, je ne sais pas. Qu'est-ce que je dis, peut-être que pour certains d'entre nous il est plus facile de blâmer la nature, que la culture. »

    Mon avis : c’est une question à laquelle je cherche encore une réponse. Ma sœur n’est pas du tout comme moi, donc je dirais que le « gène de prédisposition » est une piste à suivre. Cependant, j’ai été en contact durant mon enfant avec au moins des personnes handicapées. Un ami de mon père est tétraplégique à la suite d’un accident de voiture, et mon voisin, qui a aussi été à l’école avec moi est handicapé depuis sa naissance. Quand j’étais à l’école primaire, il y avait plusieurs enfants handicapé, et je me rappelle que ça m’intriguait déjà.  Mais la question serait : si je suis prédisposée, imaginons que je ne sois entrée en contact pour la première fois avec une personne handicapée, que vers 20 ans, aurais-je ressenti d’avantage ce choc ? Mais parfois, je me demande si ma maman n’est pas un peu comme ça … Mais je n’ai aucune preuve, juste quelques détails de temps en temps. Elle a peut-être un simple intérêt envers la médecine douce, et les enfants hospitalisé de part son métier.

    You speak English ? Here is translated: Download - The dévotisme a question of education ?

    Source: paradevo.net

     

     


    2 commentaires
  • Un handicapé, ça provoque quel sentiment pour une devotee ?

    « Je ressens parfois un peu de pitié. Ce qui me dérange, c'est que la pitié est une composante de l'excitation. Ca me donne un côté un peu trop maternel. Cela me donne une agréable sensation de picotement dans le corps, je me sens coupable (dans mon esprit). J'ai difficile de concilier ce conflit.»

    « Je n’ai pas cette impression. J'ai pensé à cela auparavant. Pour moi (je pense), les hommes en fauteuil semblent être la combinaison parfaite pour moi. Une combinaison entre dur et mou, force et la tendresse, force et douceur, en même temps. Donc, bien qu'il y ait une composante sexuelle importante, une autre ne l’est pas du tout. Alors, pas de pitié, aucun sentiment à ce niveau.
    Juste une combinaison parfaite. Ajoutez de l'intelligence, la passion et un sens de l'aventure, je ne peux pas imaginer quelque chose de mieux. »

    « Je ressens parfois quelque chose de similaire (ndlr : premier propos). Peut-être en sachant que la molécule de la pitié est mal vu, c’est ce qui lui donne ce côté excitant. Une chose que je ne veux plus jamais voir, ce sont les photos de « avant ». Je ne veux pas savoir comment c’était avant (l’accident, la maladie, …). J'ai vu une série de photos d'un gars qui était un vrai casse-cou et les photos ont montré son corps avant et après la blessure. Je ne sais pas exactement comment il faut appeler les émotions que j'ai ressenties. Elles étaient fortes. «À l'heure actuelle», il est tout simplement parfait, merci. »

    « Je sais ce que vous sous-entendez quand vous parlez de la pitié que vous ressentez parfois. Pour moi, c'est pareil, mais je préfère l'appeler la compassion. La pitié est différent, c'est plus abstrait, tandis que la compassion c'est presque comme ressentir la douleur vous-même. J'ai des moments comme ça, et ça fait vraiment mal. Ce sont aussi des moments où j’ai parfois honte de moi, honte d’être excitée par une chose qui est liée à la douleur. Et oui, la compassion me réchauffe le corps aussi. Les émotions qu’un homme un fauteuil peut susciter en moi sont donc très mitigées. C'est l'orgueil, c'est la douleur, c'est la vulnérabilité. Et de nostalgie.
    Mais je peux aussi parler à ce que la foi dit à propos de la combinaison de hard et soft. J'ai pensé ça des heures et des heures dans ma vie. Je me dis souvent que ce qui m’intrique chez un homme en fauteuil est peut-être le fait qu’il soit cassé (littéralement). Plus fort qu’un homme physiquement apte, mais en même temps plus vulnérable. Comme les deux moitiés de son corps qui représentent cette idée. Il est difficile de mettre des mots sur ce que je veux exprimer »

    « Il ya tellement de choses que je veux dire, mais en même temps, je me sens incapable d'exprimer mes expériences en anglais (traduction). Alor la plupart du temps, je viens lire et je me dis toujours "wow, c’est pareil pour moi’’. Mais pour apporter quelque chose: oh oui, le sentiment de compassion est là. Je crois que je comprends la métaphore de l’ "homme brisé" que vous avez utilisé. C’est comme si cette partie cassée ajoutait une immense valeur aux valeurs physique et mentales de la personne. Je pense que le sentiment de culpabilité provient d'une impression, comme si j’étais « tout entière » mieux, plus forte en quelques sortes. Il se pose alors la question : « pourquoi dois-je avoir quelque chose que les autres n'ont pas? » Si vous pensez comme ça, vous pouvez ressentir de la pitié uniquement pour quelqu'un qui est moins que vous (pauvre, plus faible, moins chanceux, qui ont perdu quelque chose que vous avez). Mais vous ne pouvez pas aider à se sentir bien sur la façon dont vous êtes chanceux. Je pense que la pitié, c'est l'autre côté de la jalousie, qui amène aussi un sentiment de culpabilité. Mais d'autre part, cet aspect dominateur est aussi un grand point. Je tiens à dominer dans une relation avec un gars valide, donc je suppose que mes fantasmes devotee amplifient ce sentiment. Mais la domination, la domination des femmes en particulier, est souvent associée à quelques chose de  "cruel» ou d’immorale, dans notre société. Il y a donc un conflit entre ce mouvement directeur et les normes sociales. Et là où il y a un conflit, il y a l'autopunition comme une compensation pour faire face à la discordance. Je pense que ces sentiments de culpabilité (pas en ce qui me concerne, mais pour la partie de la compassion de l'histoire) sont l'une des choses qui m'ont empêché de prendre des contacts avec des gars à mobilité réduite.

    Un handicapé, ça provoque quel sentiment pour une devotee ?

    Oh, et il y a autre chose qui me fait vraiment sentir coupable, et j'espère que je ne serai pas jugée trop sévèrement. L'aspect compassion de mon dévotisme est accompagné d'un autre grand point en ce qui me concerne, qui est de sentir que je rends un service à quelqu'un (c’est si laid, que je pourrais m’enterrer après l’avoir écris). Je sais c’est une question de confiance en soi, mais avec des gars valides j’ai en général le sentiment qu'ils me rendent en service, quand ils sont avec moi. Alors que dans mes fantasmes d'un homme handicapé, c’est est moi qui choisi, moi qui fait le déplacement, moi qui donne quelque chose afin d'être avec. Et quand je pense à ça, c'est terrible. Mais de nouveau, je crois que chaque émotion, chaque désir, qu’il soit laid ou non, il me semble, est légitime. Il est là, vous ne pouvez pas le combattre, vous ne pouvez pas l’ignorer et il faut prendre la responsabilité de le posséder. Nul ne peut être jugé pour ses sentiments, seulement pour ses actes. Et c'est ce qui apaise mon égo (rigide).  »

    « C’est si vrai, j’ai rencontré quelques hommes en fauteuil et j’ai eu une relation sérieuse avec un 2 ans et oui leur point de vue sur la vie est très différent de celle d’un gars valide, ce qui les rend encore plus intéressant en tant qu’homme selon moi !
    Vous semblez toujours lire dans mes pensées! (ndlr : un propos précédent) Lol. Je pense la même chose. Et oui, j'ai parfois eu l’impression d’avoir honte de moi-même aussi d’aimer des choses qui sont si difficiles pour les autres. Mais je pense que c'est bien parce que ne sont pas des robots ou des monstres! »

    « J’ai vraiment le sentiment d’avoir cette mixité des émotions, mais mes sentiments se rapportent plus à de la compassion vs pitié. Je trouve que ces sentiments me frappent d’autant plus fort quand ils sortent de nulle part quand je suis avec quelqu’un que je connais quand même bien. Ça sonne cliché, j’ « oublie » souvent le niveau d’invalidité de quelqu'un quand je suis avec eux. Jusqu’à ce qu’ils / nous allions faire quelque chose et qu’ils ont besoin d'aide ou que nous avons touché un obstacle et j'ai une sort de moment de «sensibilité» qui n'est pas toujours à la pointe de ma conscience. Puis j’ai ce serrement au cœur qui est si bien décrit (plus haut) »

     Mon avis : Il est vrai qu’il est difficile de s’exprimer sur le sujet sans choquer, ni froisser le lecteur. Cependant, je reconnais se sentiment de compassion, se sentiment de vivre le handicap avec la personne et  non pas de l’accompagner dans son handicap. Mais pourtant, il faut l’avouer, c’est la présence d’obstacle sur le chemin du handicap qui est excitant. A la fois choquée que les choses ne puissent pas être plus naturelles, et à la fois le plaisir intérieur de voir la personne se battre pour avancer normalement. Voir la difficulté qu’un homme a de monté dans sa voiture, voir un gars en béquille gravir péniblement 3 marches, … Mais pourtant, ce besoin continu de vouloir venir en aide, d’alléger les difficultés, de simplifier la vie, et de la rendre plus naturelle. Alors oui, voir un homme handicapé piégé dans la vie quotidienne, c’est excitant, sa crée de la compassion, ça nous donne envie de l’aider, mais aussi de l’admirer !

    You speak English ? Here is translated: Download - A disabled person, it causes what feeling for a devotee ?

    Source : http://paradevo.proboards.com/index.cgi?board=devs&action=display&thread=1080 

     

     


    1 commentaire
  • « Je me suis toujours demandée si j'étais la seule à éprouver «des cycles de dévotisme".
    Tant que je me suis considérée comme dévotée (c.-à-d. toute ma vie), j'ai eu ces cycles. C'est un jeu de bascule entre trois étapes en continu.
    J'ai donc développé un glossaire hautement scientifique qui m'aide à détecter dans quel état d'esprit, je suis actuellement. Le système facilite également à déterminer ce qui se passe pour moi à un moment.


    Les cycles sont les suivants:

    1. Modéré
    Il est toujours là, mais facile à vivre. Vous y pensez au moins une fois par jour, mais d'une manière détendue, voire heureux. Je me sens comme : "je suis spéciale, et j'aime ça."
     
    2. Extrême
    Désir presque insoutenable et à peu près la seule chose que vous pouvez penser toute la journée et la nuit. L'orgasme se produit tout le temps, partout, par la simple pensée à « ce » sujet. Travailler et d'autres activités est difficile, parce que votre esprit est occupé par des fantasmes. D'abord, c'est agréable et extatique, puis ça devient un véritable cauchemar. Je me sens comme : "Comment vais-je survivre à ça!" et "S'il vous plaît faites-le arrêter ...".

    3. Non-existante
    Logiquement, vous savez que vous êtes une dévotée, mais en réalité vous n'êtes pas intéressé (du tout) par quoi que ce soit lié à dévotion. Vous pouvez même trouver ça ennuyeux. Je me sens comme : "Hey, je veux que mon dévotisme soit de retour!" ou «C'est fini ... C'est fini!"

    L'ordre de ces étapes peut varier. La longueur des cycles peut varier de quelques jours à quelques semaines à quelques mois. N ° 2 est toujours le plus court (évidemment trop fatigant), tandis que les n° 1 ou n°3 peuvent durer pendant un certain temps, voir très longtemps. »

    « Oui, il y a tout à fait des cycles. Certains jours, c'est accablant et c'est la seule chose à laquelle je peux penser. Je veux dire que je sais vaquer à mes affaires, mais je ne peux pas attendre la fin de la journée sans penser, méditer, lire ou regarder des photos de mecs en chaises. Ces jours-là c'est comme une drogue. Je ne peux m'empêcher d'y penser.
    Je pense qu'il a quelque chose à voir avec le cycle menstruel. Je remarque juste avant et après mon cycle ainsi que quand je suis en ovulation c'est le plus fort. Non pas que les autres jours, je ne pense pas que à ça, mais ces jours-là ça peut être écrasant.
    Aujourd'hui, c'est un de ces jours. J'ai passé une bonne partie de ce matin à de la lecture et la navigation sur des sites à propos d'hommes en chaise. Je ne le ferai sans doute plus avant  un mois ou deux.»
     
    « Je suis totalement et complètement d'accord. Certains cycles peuvent durer des mois, des semaines ou des jours. Je pense que parfois les aspects ordinaires de la vie viennent prendre le relais et pousser ces envies en arrière-plan. Je suis assez sûr que dans mon état « non-existant », si je tombe sur un mec chaud en fauteuil, je suis rapidement repoussé dans l'état « extrême » de dévotisme. Je conviens aussi que ça a beaucoup à voir avec mon cycle hormonal.»
     
    « Oui, les cycles existent pour moi, aussi. Mais pour moi, je pense que les cycles sont auto-imposés. Si je suis fidèle à moi-même, je sais que j'ai horreur de la masturbation. Le sexe et un fauteuil sont les seuls stimuli qui peuvent me diriger vers le stade extrême : comment puis-je survivre cette fois.
    Quand j'essaye de nier mon vrai moi et d'essayer de vivre une vie "normale", je ne peux forcer mon dévotisme à être inexistants pendant un certain temps. »
     
    « Je suis d'accord, j'ai remarqué la même chose. Il va et vient, en apparence au-delà de la pensée. Il me semble être à l'étape 3 en ce moment, ce qui est peut-être pourquoi je n'ai pas été tellement présente sur le forum ces derniers temps.
    Dans mon cas, je sens que les cycles se déplacent très lentement, d'une durée d'un mois à la fois. Durant le stade 2 qui est le plus intense, j'ai l'impression que les gars handicapés sont inatteignables. Maintenant que je ne le ressens plus cette façon, je suis moins obsédée.
    Toutefois, les toutes petites choses peuvent déclencher le cycle, comme voir un homme en fauteuil chaud en public, ou en lisant un bon livre ou en regardant un bon film.
    Quant à savoir pourquoi je me sens quand je suis dans la phase « inexistante », le cycle en ce moment, je ne me sens pas comme si je réprimais quoi que ce soit. C'est juste que je suis vraiment concentré sur les parties non-sexuelles de ma vie (surtout le travail), c'est donc juste une sorte de sommeil. Ce n'est pas une mauvaise chose - c'est agréable de ne pas être si obsédée. »
     
    « Je suis d'accord avec vous tous. J'ai aussi "cycles". Après 7 ans de «coexistence» avec mon compagnon (il est valide), j'étais dans la 1ère phase du cycle, c'était plus important des phases 1 que je n'ai jamais eue. Après 3 ou 4 mois, j'ai sauté dans l'étape 2 ... C'est là que j'ai trouvé Paradevo.
    Je n'ai jamais rencontré un mec invalide ... donc je n'ai jamais rempli ce besoin. Maintenant que je suis "marié" (ou quelque chose de similaire), je sais que je ne pourrai jamais tromper mon mec, mais j'ai découvert qu'être en contact avec hommes en chaise, échanger des  lettres, et d'autres, me permet de réaliser la partie ''envie'' du stade 2.
    Maintenant, si je sais que je suis dans un «stade 2» ... pour tous mes problèmes familiaux ... Je n'ai pas de désir sexuel (libido est ma dessous de 0) alors ... c'est une étape étrange pour moi!»
     
    « Je me trouve actuellement au stade 2, c'est pourquoi j'ai eu l'idée de participer à ce sujet. Jusqu'il y a une semaine j'étais au stade 3.
    Je pense que parfois la sexualité n'a tout simplement pas joué un rôle réel dans nos vies. À ces moments, je ne me sens pas comme réprimée de mon dévotisme. Le stade 3 est agréable, et pour moi, j'en profite surtout dans les moments où je suis occupé à autre chose, comme le travail ou les amitiés, etc Donc, le stade 2 vient souvent durant les vacances, quand j'ai plus de temps pour moi, à se détendre, à rêver.
    Mon changement récent du stade 3 au stade 2 est arrivé subitement, comme la nuit. Je suppose que quelque chose se déclenche toujours, mais d'habitude je ne me souviens pas ce que c'était par la suite. C'est peut-être un homme en fauteuil chaud, un film, ou même juste un rush d'hormone. La théorie sur le cycle de l'hormonal mensuel est intéressant. Pour moi, parfois, il peut être juste, mais alors, l'étape 3 peut se poursuivre pendant plusieurs mois, ce qui serait effectivement réfuter la théorie. Pourtant, qu'est-ce, qui fait se produire si soudainement? Ou suis-je le seul à le avoir? Ces changements ne viennent-ils pas petit à petit?
    Il existe de nombreux aspects à propos du stade 2. Comme par exemple, lorsque votre mec est juste assis là, et vous dévisage avec ces yeux affamés, parce que soudain votre esprit est rempli avec un immense désir ... pourquoi? Parce qu'il est assis là-bas!
    C'est une telle soif incontrôlable que vous éprouvez soudainement, et il peut facilement se transformer en obsession. Je pense que les jours où vous êtes frénétiquement entrain de parcourir Youtube pour tout ce qui pourrait vous donner le coup de pied; regardant même vidéo dix fois de suite, juste parce que c'est incroyablement chaud, ça c'est le stade 2.
    (Pour ceux qui connaissent Dark Angel: N'est-ce pas se sentir un peu comme Max, quand elle est en chaleur?)
    Mais il ya tellement plus à dire sur tout cela»
     
    « Je sais exactement ce que vous ressentez! Il ne vient pas progressivement pour moi non plus, c'est si soudain! La nécessité de réaliser une partie, au moins, de cette «scène» est terrible! ... Comme vous l'avez dit, c'est comme être chaleur! LOL Quand je entrer dans la phase 2, j'en profite pour lire un grand nombre de truc de dévotée (histoires, des livres, des romans) ou je regarde des films. (Youtube ne me satisfait pas ... pour l'instant)
    Quel étrange type de personne nous-sommes, les dévotées ! Je me demande si on a toutes les mêmes envies? (Je n'ai jamais été « non dévotée »)
    Le premier homme que je n'ai jamais imaginé handicapé est mon compagnon. Avec tous les autres gars avant lui je l'ai fait,  j'avais l'habitude de laisser mon imagination s'envoler! ... vous savez de quoi je parle. »
     
    « Je suis entièrement d'accord avec votre analyse des cycles et je ne peux pas commencer à dire combien c'est réconfortant de savoir que je ne suis pas seul dans ce domaine.
    Je trouve qu'il ya un lien avec mon cycle menstruel. J'ai tendance à être vraiment dévotée juste avant, mais c'est peut-être juste les hormones. Mais comment pourrais-je les diriger ?  Car la longueur des cycles « non-dévotée » semblent aller et venir au hasard, même si je conviens que, à tout moment un «déclencheur» peut me mettre hors tension.
    Oh les extrêmes de plaisir et de douleur sont impliqués avec l'étape 2. C'est épuisant et en même temps on passe pas un tel soulagement.»
     
    « Pour moi en tant que dévotée, il ya 2 cycles. Dedans et en dehors. Ou l'extrême et la non-existante. J'aime la façon dont vous avez décrit l'étape 2. C'est épuisant! Enivrant mais on est complètement vidé. Et impossible à maintenir sur une longue période. Un mois je vais être accroché sur un passe-temps particulier. Je vais manger, boire, et dormir. Le mois prochain, je suis au-dessus et passer à autre chose. »
     
    « Le mien n'est jamais aussi extrême que certains d'entre vous connaissent. Mais j'ai remarqué des cycles précis. Plus particulièrement mon cycle menstruel. Lors de l'ovulation mon dévotisme est à son apogée et je fantasme constamment, mais pas au point d'avoir des orgasmes, et non pas au point de me sentir épuisée.
    Il fut un temps dans ma vie où je "nourris" mon dévotisme en regardant des images sur Internet. C'était mauvais, ça faisait empirer les choses. Je me suis arrêté de faire cela pour deux raisons: je me suis senti hors de contrôle, et j'ai réalisé que les sites d'image que je regardais exploitaient les personnes pour les photos (qui n'ont généralement aucune idée que leur image a été prise à ces fins). C'est plus facile de vivre maintenant que je ne fais pas cela.
    ca peut déclencher par le fait de voir un homme en fauteuil (pas n'importe lequel). Puis ça sera désagréable pendant quelques jours car ça me donne de nouveaux fantasmes. J'ai une collection de moments indélébiles dans ma tête d'homme en fauteuil qui « l'on juste fait » pour moi. »
     
     « J'ai fermement identifié ces cycles. Le numéro 3 est le plus frustrant pour moi, parce que je pense toujours que la magie a disparu. Dernièrement, pour une raison quelconque, il a pris plus de temps que d'habitude. Je me sens comme Alex de "Clockwork Orange" après qu'il a été "guéri". Je ne veux pas être guéri! Je veux être un danger pour la société pour toujours.
    Bien que je suis d'accord que, parfois, l'étape 2 peut devenir écrasante et pleine de rêverie, je ne me souviens pas avoir des moments difficiles à me concentrer et à fonctionner durant cette phase. Au contraire. Je suis plus créative, productive et pleine d'énergies positives C'est la période où je me sens le plus à l'aise avec moi-même, et il ya cette merveilleuse expérience de "Je suis spéciale, je chéris un secret". Je pense que c'est semblable à être enceinte (non pas que je n'ai jamais été. La dernière fois que je me souviens, ça a été déclenché par un gars qui a rejoint un groupe de recherche j'avais l'habitude de travailler : il entra dans la chambre avec une béquille, il boitait fortement. Plus tard, j'ai découvert qu'il était une personne amputée de la jambe. Il n'était vraiment pas mon genre, et il n'y avait rien qui pouvait. Il m'a aidé à déplacer les meubles dans la chambre, et j'ai été ravie le regarder faire l'effort si élégamment. Il avait bon de savoir que je n'étais pas plus capable que lui physiquement, et pourtant je l'ai laissé penser que son aide était signifiante. Et il était là, les frissons dans mon dos, une douche chaude, une familière "douleur douce ", et je savais que l'étape 2 était de retour. »
     
    « Je peux tout à fait me rapporter à des cycles. Ceci est particulièrement le cas quand je sors avec quelqu'un. Je trouve aussi que je peux passer des mois à l'étape inexistante ou modérée, mais le saut dans le stade le plus intense se produit généralement avec un déclencheur. Parfois, ça vient du simple fait de voir un homme en fauteuil dans un film ou parfois c'est un rêve sexy. La chose est telle : lorsque je ne me sens pas comme ça, qu'est-ce que cela signifie dans une relation avec un valide? Je peux être super-contenue, et je n'ai pas vraiment beaucoup de contrôle sur ce que je rêve. Pourtant, je ne peux pas m'empêcher de me sentir coupable des fantasmes que j'ai par inadvertance à propos des hommes en fauteuil »
     
    « J'ai vécu agréablement une étape de phase 3 pendant un certain temps en roue libre. Ca a été agréable. Une sorte de vacances de moi-même, si vous voulez. J'ai même eu l'impression d'être uniquement attirée par les hommes invalides.
    Puis j'ai eu un élément déclencheur, une belle grande ... et ''BAM!'', me voilà plongée dans la stade 2.  Dieu merci, pas une étape très intense 2.
    J'aurais vraiment souhaité pouvoir côtoyé cette phase 3 encore un peu plus longtemps avant que d'être refoulé là dedans ! C'est épuisant et frustrant, mais certainement une grande distraction. »
     
    Mon avis :
    Je n'avais encore jamais analysé une possibilité de cycle. Mais après la lecture de cet article, je me suis interrogée, et il est possible que je le ressente aussi. Mais je n'ai pas encore su faire le lien avec un cycle menstruel, ou autre période hormonale particulière. Mais il certains que durant certaines période je ressens plus cette attirance envers les personnes handicapées, et à d'autre moment, je vis sans y penser vraiment. Cependant, les périodes les plus hard arrivent en effet sans prévenir, et alors plus rien ne suffit, ni les vidéos, ni les pensées avant de s'endormir pour se masturber l'esprit d'idées qui nous sont agréables. Mais en règle général, un beau mec dans la rue, en fauteuil, et je pourrais le regarder des heures, en me faisant des idées, des rêves, juste pour le plaisir de laisser divaguer mon esprit. Mais la réalité n'est pas celle-là, et heureusement. Actuellement, je trouve que vivre ses fantasmes dans notre petit monde, en privé, est très bien. Mais je me demande comment je serais, si je rencontrais LE beau mec en fauteuil avec le caractère qui me convient ... Serait-ce juste agréable tous les jours, est-ce que je m'en lasserais, ou bien serait-ce constamment excitée de le voir idéal à mes yeux ? En tout cas, aujourd'hui, mon plaisir est dans l'échange de mes idées, en regardant des vidéos, en lisant les avis des autres personnes, et surtout en ayant la chance de pouvoir en parler avec des personnes qui me comprennent, sans me juger outre mesure.
     
    You speak English ? Here is translated: Download - Cycles

    Source : paradevo.net


    2 commentaires
  • Etre devotee, il faut l’assumer TOUS les jours !!!Je suis membre sur le site paradevo.net. Allez-y faire un tour si vous êtes devotee, ou handicapé à la recherche de devotee.
    Dans l'article qui va suivre, vous allez pouvoir lire divers propos de devotee. Elles racontent toutes de petits extraits de leur vie. Vous allez comprendre qu'être devotee, ça peut être agréable, ou embarrassant, mais que surtout ça se vit tous les jours !
     
    « Voici une petite histoire qui s'est passé l'autre jour... J'étais dans un de ses grands magasins. J'ai repéré un homme en fauteuil dans la file des caisses enregistreuses, il était avec sa femme, mais ça n'a pas d'importance pour moi. Je me suis précipiter pour aller acheter des pâtisseries parce que je voulais le voir. Alors je me suis mise dans la ligne près d'eux et j'ai effectivement pu le voir de face ... pas mal  de dois dire. Mais je voulais encore les voir à l'extérieur. Mon Dieu, je suis une harceleuse. LOL. Une fois dehors, j'ai vu le camion et ils s'y sont dirigés. Et voilà : je l'ai vu sortir de sa chaise, se hisser dans le camion, puis sa copine plier la chaise et la mettre dans le coffre.
    Et je me suis rendu compte une fois de plus que OUI, je suis vraiment une devotee. Parfois je me dis que c'est juste dans ma tête. Mais non, j'ai beaucoup aimé voir le transfert dans son camion, j'enviais sa femme et j'ai savouré cette image dans ma tête toute la journée. Donc pour moi c'était une bonne journée! Est-ce fou ou quoi d'avoir un tel coup au cul à propos d'un sujet qui est sans importance pour d'autres personnes. »
     
    « Hier, j'attendais mon ami quand j'ai repéré un gars sur des béquilles. Je ne pouvais pas détacher mes yeux de lui, même pour une seconde. Jusqu'à ce que mon ami me tapota sur l'épaule et me ramena à la réalité. »
     
    « C'est pareil pour moi,  j'ai l'habitude de faire l'inverse de ce qui est commun. Au final, si je vois un mec mignon aux toilettes, mon esprit se fige et je deviens nerveuse. Si jamais, il se présente devant moi et je vais faire quelque chose de stupide. Je vais donc simplement faire l'inverse de ce que je devrais et le regretter le reste de la journée
    Il y avait un gars dans le bâtiment où j'ai travaillé à l'année dernière. Il était plutôt mignon. Je l'ai vu et suis tombé sur lui dans l'ascenseur à quelques reprises. Il me regarda et dit une fois "Bonjour" et je n'ai fait que sourire, les mots ne voulaient pas sortir. J'étais gelée. Alors j'ai essayé de l'éviter autant que je le pouvais. Je voudrais prendre un ascenseur et si je le vois, faire l'inverse. Je sais que je suis pathétique. Je monte dans un mode panique quand il y a quelqu'un que je ne connais pas. »
    « Les gens ne sont généralement pas mal à l'aise sur tout attrait qu'ils ont, ce qui explique pourquoi certains personne se comportent si mal. Pas tous, bien sûr, mais la plupart des mecs ne passent pas beaucoup de temps à examiner leurs sentiments, surtout quand il s'agit de sexe. Les femmes ne sont pas censées penser ou initier le sexe. Avoir ces fortes envies n'est pas typique de ce que font les bonnes filles. De plus les personnes handicapées ne sont pas «censées» avoir des relations sexuelles. Donc, c'est un tabou double, c'est là que la peur et la honte viennent. 
    Juste laissez-vous aller, et embrassez votre sexualité. Les étrangers ne sont pas choisis au hasard, remarquez. Les seules personnes qui pourraient le remarquer sont celles qui sont très proche de vous, mais vous voudrez peut-être le leur faire savoir de toute façon, c'est très libérateur. Il n'y a pas besoin de fuir. Tant que vous vous comportez comme un adulte respectueux (c.-à-d pas de coups harceleur fou), la plupart des gars apprécient un sourire amical ou un compliment. »
     
    Et voilà de quoi vous prouver que des sentiments de dévotée, ça peut vous surprendre en plein supermarché, tout comme lorsque vous attendez votre conjoint. Et pourtant, même si nous comprenons pourquoi nous ressentons cette sensation, ça ne nous aide pas à l'avouer au grand jour. Amour, Handicap, et Sexe, sont des choses incompatibles de notre société. Nous les dévotées, nous nous battons tous les jours pour faire comprendre un sentiment avec lequel nous sommes nées, un sentiment pas tellement différent de l'amour « normal ». Juste un amour plus exigent : l'amour du handicap !
     
    You speak English ? Here is translated: Download - Beeing a devotee, you must assume it EVERY day !

    Soucres: paradevo.net


    votre commentaire
  • FAQ

    Q: Qu'est-ce qu'un dévot? 
    R: Un dévot est quelqu'un qui attiré sexuellement par une personne ayant une déficience. Les dévotés ont tous des idées différentes sur ce qu'ils trouvent d'intéressant. Certains sont uniquement intéressés par les blessures de la moelle épinière, par exemple, tandis que d'autres sont attirés par tout type de handicap physique. Nous ne sommes pas intéressés par des enfants ou des adultes ayant une déficience intellectuelle.


    Q: Quelles sont les causes pour qu'une personne devienne un dévot? 
    R: Il y a beaucoup de théories, de la génétique (né comme ça) à la cause psychologique (ce que l'on a vécu étant enfant a déclenché cette réaction). Aucun d'entre eux n'ont fait leurs preuves. De nombreux dévotés déclarent être conscients de leurs sentiments depuis l'enfance. Certains dévots peuvent identifier un déclencheur, comme d'avoir un membre de la famille handicapé, tandis que d'autres ne peuvent pas nommer une cause spécifique. En posant cette question, cependant, il est important de se rappeler que nous n'avons toujours pas vraiment compris ce qui provoque tout type d'attraction sexuelle. Pourquoi certaines personnes sont gay? Pourquoi certaines personnes préfèrent une certaine couleur de cheveux? Tant que ces questions ne pourront être résolues, il n'y aura pas de réponse pour les dévotés. Il semble probable qu'il n'y aurait pas de cause unique, et les gens deviennent dévotés à travers une variété de raisons. Nous ne décidons pas de devenir dévots; on l'est. 

    Q: Les dévotés sont-ils des malades 
    R: S'il est inhabituel dans notre société de trouver un handicap attractif, il n'est pas mauvais d'être physiquement attiré par un adulte consentant pour une raison quelconque. Le désir lui-même est tout simplement là. Ce que vous choisissez d'en faire, c'est une autre question. Quelques dévots sont connus pour avoir (eu) un comportement contraire à l'éthique, comme le harcèlement, mais cela ne signifie pas que le désir lui-même est en faute.


    De nombreux dévotés se sentent profondément honteux et coupables, alors que ça n'est pas justifié. Nous avons honte d'avoir des désirs qui ne sont pas «normaux» et nous culpabilisons de trouver du plaisir dans les malheurs des autres. Mais nous n'avons pas provoquer l'invalidité, et nous ne le souhaitons à personne. Les dévotés sont aussi parfois accusés de ne voir que le handicap et non pas la personne tout entière. Nous ne pouvons pas nier que cela arrive parfois, mais la plupart des dévots disent qu'ils sont intéressés à la personne tout entière. Avoir une attirance physique intense pour quelqu'un ne fait pas obstacle à la possibilité d'avoir également une relation émotionnelle intense avec cette même personne. En outre, comme des adultes intelligents, les personnes handicapées peuvent choisir si elles veulent ou non avoir une relation avec un dévot. Si une personne handicapée n'est pas à l'aise avec l'idée de dévots, ils sont libres de nous ignorer. Cependant, nous sommes également libres de nous livrer à nos fantasmes. 

    Q: Quel est le but de ce site? 
    R: Ce site est principalement destiné aux dévotés et aux hommes handicapés. J'aimerais que ce site soit une ressource pour les dévotés, un endroit pour profiter des histoires sur mon sujet de prédilection, et de trouver de plus amples renseignements au sujet des livres, des films et d'autres sites qui peuvent être intéressants. 

    Q: Où sont les histoires sur les femmes handicapées? 
    R: Il y a des tonnes de sites pour les amateurs de femmes handicapées. C'est l'un des rares sites dédiés aux dévotés des hommes handicapés. 

    Q: Comment se fait que vous n'avez pas d'histoires à propos de ...? (attelles, un certain film, etc) 
    R: Les histoires que j'écris sont le reflet de mes propres intérêts personnels et d'ailleurs, il y a seulement ce que je peux faire durant mon temps libre. Si vous avez un fantasme particulier que vous aimeriez lire, pourquoi ne pas l'écrire et me l'envoyer? Je l'afficherai peut-être. En outre, si vous avez un livre, un film ou émission de télévision dont vous vous parler, vous pouvez me l'écrire. Ce site ne deviendra meilleur que si vous participer à le faire évoluer. 
     
    Laissez vos idées en commenatires, par message, ou à mon adresse devotee87@hotmail.com.  

    Q: Qui êtes-vous? 
    R: Les dévotés sont des gens comme tout le monde. Nous sommes votre voisin, votre collègue, votre cousin, votre thérapeute physique. 
     
    Q:Vous êtes né devotee, OK. Mais, vos parents sont-ils, aussi, des devotee ?
    R:A première vue je dirais NON. Mais en y réfléchissant un peu, je me rend compte que c'est un sujet qui n'est jamais abordé en famille, car il n'est pas facile de dire aux gens qui nous entourent que nous sommes attirés par les personnes handicapées moteur. Cependant, en ce qui me concerne, je n'ai pas l'impression que ce sont des devotee, car lorsque l'on par le de handicap, le sujet est coupé rapidement. Un exemple, une fois j'ai osé parler du fait qu'un garçon handicapé me draguait, mes parents m'ont répondu : « Tu mérites mieux qu'un handicapé ! ». Je pense que ça donne une bonne idée de leur vision du handicap. Seconde hypothèse, ils sont aussi des devotees, mais montrent tout l'inverse pour ne pas qu'nous les reconnaissions, mais là j'y crois moins ...

    Q:Je ne comprends pas vraiment la définition du mot " dévot : attiré sexuellement par une
    personne ayant une déficience ". Il n'y a que le sexe d'une personne handicapée qui attire un dévot ?
    R:Il est difficile de répondre à cette question de manière générale. Honnêtement, lorsque je croise un beau garçon paraplégique, je pense qu'on peut parler de pulsion sexuelle, comme quand un garçon croise une fille en mini jupe en rue. Cependant, dans une relation sur le plus long terme, la relation sexuelle avec la personne handicapée n'est plus au premier plan. J'en parle dans un autre article : les fantasmes d'une devotee.

    Q:Sincèrement, vous aimez votre compagnon en tant qu'être humain ou juste par le fait qu'il est handicapé ? Est-ce que c'est la personne en soi qui vous attire ou son handicap ?
    R:C'est une question que je me pose parfois encore moi-même ... Une fois, j'ai pris la peine de répondre à un autre type de question : si votre conjoint handicapé devait, par miracle, être guéri, l'aimeriez vous encore ? Voici ma réponse : « Mon partenaire a un handicap "léger", ses genoux se sont usés plus vite que prévu, la douleur l'empêchant de se déplacer normalement ... Cependant, c'est un homme très actif, il ne supportait pas de ne rien faire. Nous avons ensuite cherché de l'aide médicale, et depuis un mois, il va mieux ...
    Sous mon regard de dévot, je l'ai vu un temps handicapés, et puis maintenant il remarche à nouveau.
    Je dirais donc que pour moi le handicap n'est pas une condition pour tomber amoureux ou non, c'est un plus que peut avoir un homme à mes yeux.
    Mais lorsque j'ai rencontré mon compagnon, il n'était pas encore aussi handicapé, qu'il ne l'est aujourd'hui. Ses genoux n'étaient certes pas en bon état, mais cela ne se remarquait pas. J'en suis malgré tout tombée amoureuse. Lorsque les choses ont commencé à se dégrader, je lui ai expliqué, que ça ne me dérangeait pas du tout qu'il soit parfois diminué, que du contraire ...
    Alors, je voudrais vraiment insister sur le fait, qu'être devotee, c'est d'abord aimer une personne quelle qu'elle soit, ensuite lui trouvé des atouts dans son handicap. Et comme toute personne en aimant une autre, on ne souhaite que son bonheur. Ainsi, si la médecine peut le faire remarcher, que lui le souhaite, je le soutiendrai, et saurai profiter des nouveaux bonheurs que m'apportera la vie avec cette personne, avec laquelle j'aurai affronté vents et marrées, on sera plus fort. Et puis après tant d'années de bonheur, ça n'est pas un nouvel handicapé sans espoir de marche qui me le fera quitter, il y aurait trop à reconstruire sans la certitude que ça marche aussi bien.


    D'autres questions aux quelles vous voudriez que je réponde? laissez-les en commenatires, par message, ou à mon adresse devotee87@hotmail.com.

    You speak English ? Here is translated: Download - FAQ


     
    Source: paradevo.net


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique