• Le dévotisme : une question d’éducation ?

    Le dévotisme : une question d’éducation ?

    « Je me suis demandé un peu tard si le dévotisme est présent dans les familles, et si c'est la nature ou l’éducation. En fait, je me le suis déjà demandé par le passé, quand mon ex et moi avions convenu que quelques autres membres de ma famille avaient très probablement partagé mes tendances dans une certaine mesure!
    Mais récemment, ma fille est ainsi, elle fait toutes les choses que je faisais à son âge! À l'époque, j'ai eu des tendances « pretenders », qu’elle commence à avoir (même si elle ne s'en cache pas, comme je l'ai fait). Dans la plupart des histoires qu'elle écrit au moins un personnage a la caractéristique d’être dans un fauteuil roulant, elle veut désespérément une poupée Becky (voir photo). Quand nous étions en vacances, elle se cramponnait à une fille dans un fauteuil roulant à peu près de son âge le week-end, etc. En fait, elle a cette obsession depuis quelques mois!
    Aussi, elle commence tout juste à s'y intéresser chez les garçons. Je me demande si les deux sont liés!
    Peut-être est-ce lié au fait que la seule «figure paternelle» réelle qu'elle ait jamais eu était un utilisateur de fauteuil roulant? Nous avons vécu ensemble pendant quelques années et elle n’a aucun souvenir d’avant cette période. Cela semble plus probable, mais qui sait? Peut-être que certains d'entre nous sont en fait juste dévotée de mère en fille? Peut-être qu'il y a un gène dev’? »

    Claire : «C'est fascinant pour moi que vous eu des tendances « pretenders » quand vous étiez enfant.
    Mes enfants font aussi des choses que j'ai faites à cet âge. Enfin, deux de mes enfants le font, pas tous. Quand j'étais enfant, j'étais fasciné par toutes les choses liées au handicap. J'ai appris un peu le langage des signes, j'ai essayé d'apprendre le braille, j'ai joué dans le fauteuil roulant de mon cousin quand je pouvais, j'ai aimé regarder l'enfant à l'école qui avait une prothèse de bras, j'ai fait semblant que mes jambes ne fonctionnaient pas et que je marchais de manière bizarre ou je me suis traîné sur le sol. La chose importante que j'ai faite à cet âge, cependant, a été la prétention d'être aveugle. TOUT LE TEMPS. Chaque jour, je voulais éteindre les lumières dans la salle de bain qui n'avait pas de fenêtre, et je voulais prendre une douche et m'habiller pour l'école dans le noir. Quand j'ai joué à la maison avec mes amis, j'ai toujours voulu être soit aveugle ou en fauteuil roulant, sauf que nous n'avons jamais eu un fauteuil roulant à notre disposition.
    Je ne peux pas dire d'où ça vient, comme je n'ai jamais eu aucun contact avec des personnes aveugles. Je n’'ai, encore à ce jour, jamais parlé à quelqu'un qui est aveugle. Je n'ai juste pas eu l'occasion.
    Maintenant, un de mes enfants fait souvent semblant d'être aveugle. Ca ne peut pas venir de moi, car c’est quelque chose dont je n'ai jamais parlé avec eux, et ce n'est pas un intérêt qu'il aurait pu ramasser inconsciemment de moi parce que cela n'a pas été d'un intérêt bien particulier dans ma vie d'adulte. Lui et un autre de mes enfants aussi font semblant d'avoir seulement un bras, ou une jambe. Mais nous ne connaissons aucun amputés ni ne parlons d’amputés. Ca semble venir de leur intérieur, et non de moi.
    Le dévotisme : une question d’éducation ?

    Ils aiment tous jouer avec mon fauteuil roulant, mais je pense que c'est plus naturel, les enfants aiment les roues. Toutefois, celui qui aime faire semblant d'être aveugle est celui qui est dans le fauteuil roulant le plus souvent, et qui me dit "je veux un fauteuil roulant comme ça." Je n'encourage pas ce comportement et d'habitude je lui dis de sortir de la chaise. D'autre part, s’il est ainsi, il est ainsi, et il n'y a rien que je puisse faire pour l'arrêter.
    La seule fois où j'ai encouragé l'utilisation de la chaise était quand je l’ai attrapé essayant de danser avec la chaise. J'ai pensé, que s’il essayait de faire cela quand je ne suis pas là, j'ai besoin de m'assurer qu'il ne se blesse pas. Je lui ai montré comment pratiquer ses cabrioles avec le canapé derrière lui pour amortir la chute, comment rentrez votre tête à la poitrine lorsque vous sentez que vous allez tomber afin d'atterrir sur le dos et de ne pas claquer la tête sur le terrain, des trucs comme que. Juste au cas où.
    La fascination de cécité s’arrêté lorsque je suis entrée en contact avec mon premier paraplégique. C'est comme si quelque chose en moi avait fait tilt - Ça y est! Dès lors, tout était axé sur la paraplégie. C'est comme si je cherchais quelque chose et que je ne le trouvais pas jusqu'à ce que j'ai découvert ce que la paraplégie était. J'avais 9 ans.
    Mes enfants ne sont pas entré en contact avec une personne dans un fauteuil, sauf moi, donc je n'ai pas noté les tendances dévot ou fascination avec les autres handicapés. Il sera intéressant de voir ce qui se passe. Mais honnêtement, j'espère que mon fils ne se révèlent pas être un dévot. C’est difficile, et pour beaucoup d'hommes amène beaucoup de questions. Ce n'est pas quelque chose que je veux pour mes enfants. »

    « Je me demandais comment expliquez-vous votre fauteuil roulant pour vos enfants? Ou leurs enseignants et maman d’amis / etc? »

    Claire : « Je suis "chanceux" à cet égard dans parce que j’ai un document médical qui pourrait, dans des circonstances extrêmes, nécessiter l'utilisation occasionnelle d'un fauteuil roulant. Jusqu'à ce qui s'est passé, j’ai toujours caché ma chaise et je ne l'utilisais que quand j’étais sortie de la ville. Cet événement m'a donné le courage de faire mon « coming-out » et de l'intégrer dans ma vie quotidienne.
    Maintenant, pour être clair, ce problème n'affecte pas beaucoup ma mobilité. Il le fait, un peu, mais pas au point d’avoir réellement besoin d'un fauteuil roulant. J'utilise un fauteuil roulant parce que j'ai un trouble de l’identité à l’intégrité corporelle (TIIC) et l'autre question est une excuse commode. […] Il s'agit en fait d'un confort énorme pour moi parce que le mensonge m'envoie dans des paroxysmes de la culpabilité et cela me permet de ne pas mentir sans avoir à révéler mon TIIC quand on les interroge.
    Mon psychologue pense que c'est peut-être psychosomatique et mon médecin généraliste pense que les symptômes et les antécédents indiquent que c'est vrai (tous les deux sont au courant pour mon TIIC, et la chaise).[…] »

    "Il semble que vos enfants sont d’avantage exposés à des sujets médicaux que la moyenne. Dans le cas de Heather, il y avait une relation avec une personne signifiante qui a utilisé une chaise, ce qui pourrait expliquer beaucoup de choses. Ma fille semble montrer un intérêt moyen, (car je pense que beaucoup d'enfants l’ont, dans une merveilleuse façon), mais rien que j’équivaudrais au dévotisme que j'ai eu quand j’étais enfant. Nous allons voir comment ça joue pour elle. »

    Claire : « Il ne semble pas y avoir beaucoup d'entre nous avec des enfants. Que diriez-vous de nous-mêmes? Était-ce la nature, ou l’éducation ?
    J'ai eu un contact avec des personnes en fauteuil depuis un âge assez jeune. Mais j'ai des souvenirs de cette fascination remontant à avant que le contact ne se produise. Pendant très longtemps, je pensais que ma fascination avait à voir avec le fait que j'ai eu une «appréciation spéciale" pour les personnes handicapées à cause de mon contact étroit avec eux. C'est en partie vrai, et pourtant je ne pense pas que c'est toute l'histoire.

    Le dévotisme : une question d’éducation ?Je ne suis pas sûr, cependant, que le contact avec les personnes handicapées a beaucoup à voir avec cela. Si tel était le cas, il semblerait, que les frères et sœurs d'enfants handicapés et les enfants de parents handicapés seraient une grande partie de la population dévot. Mais je n'ai jamais entendu parler d'un dévot qui avait un frère handicapé.
    Puis à nouveau, cette population pourrait aussi être le nec plus ultra à nous réprimer. »

    Claire : « C'est vrai, la foi. Comment pouvez-vous éduquer une personne en étant un dev’? Un grand nombre de dévotée (peut-être pas sur ce forum, je ne me souviens pas) va dire: «Je suis un devotee parce que j'ai eu contact avec ça et une telle personne quand j’étais un enfant" ... comme une tante préférée qui était handicapée. Mais si c'était aussi simple que cela, pourquoi est-ce que tous les enfants qui ont un contact avec une tante handicapée ne sont pas des dévotee ?
    Je connais un autre gars qui jure qu'il est un fervent et aspirant parce que, quand il était enfant il a vécu près d'un magasin d'orthèses et il passait devant tous les jours et voyait des béquilles, fauteuils roulants, prothèses dans la vitrine du magasin. Eh bien, pourquoi tous les enfants habitant ce quartier ne sont-ils pas devenus devotee, si tel est le cas? Il a été clairement fasciné de l’obtenir, les autres étaient probablement mal à l'aise ou neutre à ce sujet. Il doit y avoir quelque chose qui était déjà là. »

    “Je pense que, comme avec toute autre condition, c’est à la fois inné et l'éducation qui interagissent. Vous devriez avoir une sorte de prédisposition qui interagit plus tard avec une expérience réelle. C'est peut-être pour ça que tous les enfants qui ont un membre de la famille handicapé ne sont pas devenu un devotee, ils n’avaient pas de prédisposition. Mais l'argument  "tous les enfants qui ont interagi avec le handicap ne sont pas tous devenu des devotee" n'est pas suffisant pour écarter l'hypothèse de l’éducation. Sinon, si l'on prend la position du naturel, le contre-argument serait: "tous les enfants qui sont né ne sont pas des dévos".
    Je crois à l’effet de l’éducation, parce que maintenant ça me semble la seule explication possible. Sinon, comment pourriez-vous expliquer cette préférence? Je crois cependant que l’effet de l’éducation a pu se produire si tôt, que tous les devotee ne s’en souvienne pas, mais ça avait encore un certain impact sur  lui / elle quand il/elle était un enfant en bas âge. Bien sûr, je peux me tromper. Mais dans mon cas, je suis sûr que c’est complètement l’éducation. Ma grand-mère était handicapée, et maintenant je sais, que chaque petite préférence que j'ai dans la zone de dévotisme, est une copie exacte de son handicap et de son état. D'une certaine manière, il est étrange et même effrayant de me sentir sexuellement excitée par ma grand-mère. Je suppose que d'une certaine façon je l'ai fait, ou peut-être l'amour a été transformé plus tard dans la sexualité, je ne sais pas. Qu'est-ce que je dis, peut-être que pour certains d'entre nous il est plus facile de blâmer la nature, que la culture. »

    Mon avis : c’est une question à laquelle je cherche encore une réponse. Ma sœur n’est pas du tout comme moi, donc je dirais que le « gène de prédisposition » est une piste à suivre. Cependant, j’ai été en contact durant mon enfant avec au moins des personnes handicapées. Un ami de mon père est tétraplégique à la suite d’un accident de voiture, et mon voisin, qui a aussi été à l’école avec moi est handicapé depuis sa naissance. Quand j’étais à l’école primaire, il y avait plusieurs enfants handicapé, et je me rappelle que ça m’intriguait déjà.  Mais la question serait : si je suis prédisposée, imaginons que je ne sois entrée en contact pour la première fois avec une personne handicapée, que vers 20 ans, aurais-je ressenti d’avantage ce choc ? Mais parfois, je me demande si ma maman n’est pas un peu comme ça … Mais je n’ai aucune preuve, juste quelques détails de temps en temps. Elle a peut-être un simple intérêt envers la médecine douce, et les enfants hospitalisé de part son métier.

    You speak English ? Here is translated: Download - The dévotisme a question of education ?

    Source: paradevo.net

     

     

    « Un handicapé, ça provoque quel sentiment pour une devotee ?Souhaiteriez-vous changer votre dévotisme si vous le pouviez? »

    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    2
    Dimanche 1er Juillet 2012 à 09:17

    Je partagerais assez cet avis mais avec une question sous-jacente : pourquoi diabler faut-il tout expliquer, aux autres ou à soi-même ?

    Ta question " Mais si c'était aussi simple que cela, pourquoi est-ce que tous les enfants qui ont un contact avec une tante handicapée ne sont pas des dévotee ? " est LA question ? Pourquoi est-on végétarien quand on a grandi dans une famille "carnivoire" ? Ou homo quand on n'a côtoyé ques des hétéros ?

    Où est la frontière entre l'inné et l'acquis ?

    Passionnant blog mais qui au final pose plus de questions qu'il ne donne de réponses :)

    A bientôt


    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    1
    Al
    Lundi 25 Juin 2012 à 16:36

    Voilà une question à laquelle il est, je pense, pas encore possible d'y répondre.

    Qu'est ce qui fait qu'une personne adore le chocolat et pas une autre? Qu'est ce qui fait naître une phobie particulière chez une personne? Qu'est ce qui détermine le caractère de chacun?

    Peut-on mettre tout sur le dos des gênes? Je ne crois pas même si toutes les caractéristiques y sont renfermé.

    Peut-on l'associer alors à l'éducation? Je ne crois pas non plus car même si l'environnement influence notre dévelloppement chaque personne vivant dans un même environnement deviens systématiquement différent de son voisin, alors qu'il peut ressembler très fort à quelqu'un d'un autre horizon.

    Sans vouloir prôner le spiritisme ou des croyances divines car je n'y adhère pas, je pense qu'il y a encore une grande partie de notre univers qu'on ne connait pas et qu'on ne comprend pas. D'où viens notre "âme", cette petite chose qui en réalité nous défini vraiment en tant qu'individu? 

    Moi je crois qu'on est pas encore capable, par manque de connaissances, de dire pourquoi on est dévot ou non; pourquoi on aime le chocolat ou pourquoi on a une peur bleue de quelque chose.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :