• Les cycles

    « Je me suis toujours demandée si j'étais la seule à éprouver «des cycles de dévotisme".
    Tant que je me suis considérée comme dévotée (c.-à-d. toute ma vie), j'ai eu ces cycles. C'est un jeu de bascule entre trois étapes en continu.
    J'ai donc développé un glossaire hautement scientifique qui m'aide à détecter dans quel état d'esprit, je suis actuellement. Le système facilite également à déterminer ce qui se passe pour moi à un moment.


    Les cycles sont les suivants:

    1. Modéré
    Il est toujours là, mais facile à vivre. Vous y pensez au moins une fois par jour, mais d'une manière détendue, voire heureux. Je me sens comme : "je suis spéciale, et j'aime ça."
     
    2. Extrême
    Désir presque insoutenable et à peu près la seule chose que vous pouvez penser toute la journée et la nuit. L'orgasme se produit tout le temps, partout, par la simple pensée à « ce » sujet. Travailler et d'autres activités est difficile, parce que votre esprit est occupé par des fantasmes. D'abord, c'est agréable et extatique, puis ça devient un véritable cauchemar. Je me sens comme : "Comment vais-je survivre à ça!" et "S'il vous plaît faites-le arrêter ...".

    3. Non-existante
    Logiquement, vous savez que vous êtes une dévotée, mais en réalité vous n'êtes pas intéressé (du tout) par quoi que ce soit lié à dévotion. Vous pouvez même trouver ça ennuyeux. Je me sens comme : "Hey, je veux que mon dévotisme soit de retour!" ou «C'est fini ... C'est fini!"

    L'ordre de ces étapes peut varier. La longueur des cycles peut varier de quelques jours à quelques semaines à quelques mois. N ° 2 est toujours le plus court (évidemment trop fatigant), tandis que les n° 1 ou n°3 peuvent durer pendant un certain temps, voir très longtemps. »

    « Oui, il y a tout à fait des cycles. Certains jours, c'est accablant et c'est la seule chose à laquelle je peux penser. Je veux dire que je sais vaquer à mes affaires, mais je ne peux pas attendre la fin de la journée sans penser, méditer, lire ou regarder des photos de mecs en chaises. Ces jours-là c'est comme une drogue. Je ne peux m'empêcher d'y penser.
    Je pense qu'il a quelque chose à voir avec le cycle menstruel. Je remarque juste avant et après mon cycle ainsi que quand je suis en ovulation c'est le plus fort. Non pas que les autres jours, je ne pense pas que à ça, mais ces jours-là ça peut être écrasant.
    Aujourd'hui, c'est un de ces jours. J'ai passé une bonne partie de ce matin à de la lecture et la navigation sur des sites à propos d'hommes en chaise. Je ne le ferai sans doute plus avant  un mois ou deux.»
     
    « Je suis totalement et complètement d'accord. Certains cycles peuvent durer des mois, des semaines ou des jours. Je pense que parfois les aspects ordinaires de la vie viennent prendre le relais et pousser ces envies en arrière-plan. Je suis assez sûr que dans mon état « non-existant », si je tombe sur un mec chaud en fauteuil, je suis rapidement repoussé dans l'état « extrême » de dévotisme. Je conviens aussi que ça a beaucoup à voir avec mon cycle hormonal.»
     
    « Oui, les cycles existent pour moi, aussi. Mais pour moi, je pense que les cycles sont auto-imposés. Si je suis fidèle à moi-même, je sais que j'ai horreur de la masturbation. Le sexe et un fauteuil sont les seuls stimuli qui peuvent me diriger vers le stade extrême : comment puis-je survivre cette fois.
    Quand j'essaye de nier mon vrai moi et d'essayer de vivre une vie "normale", je ne peux forcer mon dévotisme à être inexistants pendant un certain temps. »
     
    « Je suis d'accord, j'ai remarqué la même chose. Il va et vient, en apparence au-delà de la pensée. Il me semble être à l'étape 3 en ce moment, ce qui est peut-être pourquoi je n'ai pas été tellement présente sur le forum ces derniers temps.
    Dans mon cas, je sens que les cycles se déplacent très lentement, d'une durée d'un mois à la fois. Durant le stade 2 qui est le plus intense, j'ai l'impression que les gars handicapés sont inatteignables. Maintenant que je ne le ressens plus cette façon, je suis moins obsédée.
    Toutefois, les toutes petites choses peuvent déclencher le cycle, comme voir un homme en fauteuil chaud en public, ou en lisant un bon livre ou en regardant un bon film.
    Quant à savoir pourquoi je me sens quand je suis dans la phase « inexistante », le cycle en ce moment, je ne me sens pas comme si je réprimais quoi que ce soit. C'est juste que je suis vraiment concentré sur les parties non-sexuelles de ma vie (surtout le travail), c'est donc juste une sorte de sommeil. Ce n'est pas une mauvaise chose - c'est agréable de ne pas être si obsédée. »
     
    « Je suis d'accord avec vous tous. J'ai aussi "cycles". Après 7 ans de «coexistence» avec mon compagnon (il est valide), j'étais dans la 1ère phase du cycle, c'était plus important des phases 1 que je n'ai jamais eue. Après 3 ou 4 mois, j'ai sauté dans l'étape 2 ... C'est là que j'ai trouvé Paradevo.
    Je n'ai jamais rencontré un mec invalide ... donc je n'ai jamais rempli ce besoin. Maintenant que je suis "marié" (ou quelque chose de similaire), je sais que je ne pourrai jamais tromper mon mec, mais j'ai découvert qu'être en contact avec hommes en chaise, échanger des  lettres, et d'autres, me permet de réaliser la partie ''envie'' du stade 2.
    Maintenant, si je sais que je suis dans un «stade 2» ... pour tous mes problèmes familiaux ... Je n'ai pas de désir sexuel (libido est ma dessous de 0) alors ... c'est une étape étrange pour moi!»
     
    « Je me trouve actuellement au stade 2, c'est pourquoi j'ai eu l'idée de participer à ce sujet. Jusqu'il y a une semaine j'étais au stade 3.
    Je pense que parfois la sexualité n'a tout simplement pas joué un rôle réel dans nos vies. À ces moments, je ne me sens pas comme réprimée de mon dévotisme. Le stade 3 est agréable, et pour moi, j'en profite surtout dans les moments où je suis occupé à autre chose, comme le travail ou les amitiés, etc Donc, le stade 2 vient souvent durant les vacances, quand j'ai plus de temps pour moi, à se détendre, à rêver.
    Mon changement récent du stade 3 au stade 2 est arrivé subitement, comme la nuit. Je suppose que quelque chose se déclenche toujours, mais d'habitude je ne me souviens pas ce que c'était par la suite. C'est peut-être un homme en fauteuil chaud, un film, ou même juste un rush d'hormone. La théorie sur le cycle de l'hormonal mensuel est intéressant. Pour moi, parfois, il peut être juste, mais alors, l'étape 3 peut se poursuivre pendant plusieurs mois, ce qui serait effectivement réfuter la théorie. Pourtant, qu'est-ce, qui fait se produire si soudainement? Ou suis-je le seul à le avoir? Ces changements ne viennent-ils pas petit à petit?
    Il existe de nombreux aspects à propos du stade 2. Comme par exemple, lorsque votre mec est juste assis là, et vous dévisage avec ces yeux affamés, parce que soudain votre esprit est rempli avec un immense désir ... pourquoi? Parce qu'il est assis là-bas!
    C'est une telle soif incontrôlable que vous éprouvez soudainement, et il peut facilement se transformer en obsession. Je pense que les jours où vous êtes frénétiquement entrain de parcourir Youtube pour tout ce qui pourrait vous donner le coup de pied; regardant même vidéo dix fois de suite, juste parce que c'est incroyablement chaud, ça c'est le stade 2.
    (Pour ceux qui connaissent Dark Angel: N'est-ce pas se sentir un peu comme Max, quand elle est en chaleur?)
    Mais il ya tellement plus à dire sur tout cela»
     
    « Je sais exactement ce que vous ressentez! Il ne vient pas progressivement pour moi non plus, c'est si soudain! La nécessité de réaliser une partie, au moins, de cette «scène» est terrible! ... Comme vous l'avez dit, c'est comme être chaleur! LOL Quand je entrer dans la phase 2, j'en profite pour lire un grand nombre de truc de dévotée (histoires, des livres, des romans) ou je regarde des films. (Youtube ne me satisfait pas ... pour l'instant)
    Quel étrange type de personne nous-sommes, les dévotées ! Je me demande si on a toutes les mêmes envies? (Je n'ai jamais été « non dévotée »)
    Le premier homme que je n'ai jamais imaginé handicapé est mon compagnon. Avec tous les autres gars avant lui je l'ai fait,  j'avais l'habitude de laisser mon imagination s'envoler! ... vous savez de quoi je parle. »
     
    « Je suis entièrement d'accord avec votre analyse des cycles et je ne peux pas commencer à dire combien c'est réconfortant de savoir que je ne suis pas seul dans ce domaine.
    Je trouve qu'il ya un lien avec mon cycle menstruel. J'ai tendance à être vraiment dévotée juste avant, mais c'est peut-être juste les hormones. Mais comment pourrais-je les diriger ?  Car la longueur des cycles « non-dévotée » semblent aller et venir au hasard, même si je conviens que, à tout moment un «déclencheur» peut me mettre hors tension.
    Oh les extrêmes de plaisir et de douleur sont impliqués avec l'étape 2. C'est épuisant et en même temps on passe pas un tel soulagement.»
     
    « Pour moi en tant que dévotée, il ya 2 cycles. Dedans et en dehors. Ou l'extrême et la non-existante. J'aime la façon dont vous avez décrit l'étape 2. C'est épuisant! Enivrant mais on est complètement vidé. Et impossible à maintenir sur une longue période. Un mois je vais être accroché sur un passe-temps particulier. Je vais manger, boire, et dormir. Le mois prochain, je suis au-dessus et passer à autre chose. »
     
    « Le mien n'est jamais aussi extrême que certains d'entre vous connaissent. Mais j'ai remarqué des cycles précis. Plus particulièrement mon cycle menstruel. Lors de l'ovulation mon dévotisme est à son apogée et je fantasme constamment, mais pas au point d'avoir des orgasmes, et non pas au point de me sentir épuisée.
    Il fut un temps dans ma vie où je "nourris" mon dévotisme en regardant des images sur Internet. C'était mauvais, ça faisait empirer les choses. Je me suis arrêté de faire cela pour deux raisons: je me suis senti hors de contrôle, et j'ai réalisé que les sites d'image que je regardais exploitaient les personnes pour les photos (qui n'ont généralement aucune idée que leur image a été prise à ces fins). C'est plus facile de vivre maintenant que je ne fais pas cela.
    ca peut déclencher par le fait de voir un homme en fauteuil (pas n'importe lequel). Puis ça sera désagréable pendant quelques jours car ça me donne de nouveaux fantasmes. J'ai une collection de moments indélébiles dans ma tête d'homme en fauteuil qui « l'on juste fait » pour moi. »
     
     « J'ai fermement identifié ces cycles. Le numéro 3 est le plus frustrant pour moi, parce que je pense toujours que la magie a disparu. Dernièrement, pour une raison quelconque, il a pris plus de temps que d'habitude. Je me sens comme Alex de "Clockwork Orange" après qu'il a été "guéri". Je ne veux pas être guéri! Je veux être un danger pour la société pour toujours.
    Bien que je suis d'accord que, parfois, l'étape 2 peut devenir écrasante et pleine de rêverie, je ne me souviens pas avoir des moments difficiles à me concentrer et à fonctionner durant cette phase. Au contraire. Je suis plus créative, productive et pleine d'énergies positives C'est la période où je me sens le plus à l'aise avec moi-même, et il ya cette merveilleuse expérience de "Je suis spéciale, je chéris un secret". Je pense que c'est semblable à être enceinte (non pas que je n'ai jamais été. La dernière fois que je me souviens, ça a été déclenché par un gars qui a rejoint un groupe de recherche j'avais l'habitude de travailler : il entra dans la chambre avec une béquille, il boitait fortement. Plus tard, j'ai découvert qu'il était une personne amputée de la jambe. Il n'était vraiment pas mon genre, et il n'y avait rien qui pouvait. Il m'a aidé à déplacer les meubles dans la chambre, et j'ai été ravie le regarder faire l'effort si élégamment. Il avait bon de savoir que je n'étais pas plus capable que lui physiquement, et pourtant je l'ai laissé penser que son aide était signifiante. Et il était là, les frissons dans mon dos, une douche chaude, une familière "douleur douce ", et je savais que l'étape 2 était de retour. »
     
    « Je peux tout à fait me rapporter à des cycles. Ceci est particulièrement le cas quand je sors avec quelqu'un. Je trouve aussi que je peux passer des mois à l'étape inexistante ou modérée, mais le saut dans le stade le plus intense se produit généralement avec un déclencheur. Parfois, ça vient du simple fait de voir un homme en fauteuil dans un film ou parfois c'est un rêve sexy. La chose est telle : lorsque je ne me sens pas comme ça, qu'est-ce que cela signifie dans une relation avec un valide? Je peux être super-contenue, et je n'ai pas vraiment beaucoup de contrôle sur ce que je rêve. Pourtant, je ne peux pas m'empêcher de me sentir coupable des fantasmes que j'ai par inadvertance à propos des hommes en fauteuil »
     
    « J'ai vécu agréablement une étape de phase 3 pendant un certain temps en roue libre. Ca a été agréable. Une sorte de vacances de moi-même, si vous voulez. J'ai même eu l'impression d'être uniquement attirée par les hommes invalides.
    Puis j'ai eu un élément déclencheur, une belle grande ... et ''BAM!'', me voilà plongée dans la stade 2.  Dieu merci, pas une étape très intense 2.
    J'aurais vraiment souhaité pouvoir côtoyé cette phase 3 encore un peu plus longtemps avant que d'être refoulé là dedans ! C'est épuisant et frustrant, mais certainement une grande distraction. »
     
    Mon avis :
    Je n'avais encore jamais analysé une possibilité de cycle. Mais après la lecture de cet article, je me suis interrogée, et il est possible que je le ressente aussi. Mais je n'ai pas encore su faire le lien avec un cycle menstruel, ou autre période hormonale particulière. Mais il certains que durant certaines période je ressens plus cette attirance envers les personnes handicapées, et à d'autre moment, je vis sans y penser vraiment. Cependant, les périodes les plus hard arrivent en effet sans prévenir, et alors plus rien ne suffit, ni les vidéos, ni les pensées avant de s'endormir pour se masturber l'esprit d'idées qui nous sont agréables. Mais en règle général, un beau mec dans la rue, en fauteuil, et je pourrais le regarder des heures, en me faisant des idées, des rêves, juste pour le plaisir de laisser divaguer mon esprit. Mais la réalité n'est pas celle-là, et heureusement. Actuellement, je trouve que vivre ses fantasmes dans notre petit monde, en privé, est très bien. Mais je me demande comment je serais, si je rencontrais LE beau mec en fauteuil avec le caractère qui me convient ... Serait-ce juste agréable tous les jours, est-ce que je m'en lasserais, ou bien serait-ce constamment excitée de le voir idéal à mes yeux ? En tout cas, aujourd'hui, mon plaisir est dans l'échange de mes idées, en regardant des vidéos, en lisant les avis des autres personnes, et surtout en ayant la chance de pouvoir en parler avec des personnes qui me comprennent, sans me juger outre mesure.
     
    You speak English ? Here is translated: Download - Cycles

    Source : paradevo.net

    « Etre devotee, il faut l’assumer TOUS les jours !!!Un handicapé, ça provoque quel sentiment pour une devotee ? »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    2
    Xyts Profil de Xyts
    Dimanche 7 Octobre 2012 à 23:00

    Je suis un homme, donc a priori pas de cycle menstruel :-D

    Mais je ressens quand même ces cycles. Les durées sont très variables, quelques jours/semaines/mois.

    Le non-existant est rare, mais c'est dans ces périodes que je fais le ménage dans mon ordinateur, que je vire toute les vidéos et photos, et que je me dis que c'est terminé.

    Le modéré, le plus courant. On a le devotee dans la tête, on y pense, mais ça reste vivable. Comme une sorte de passager sur la banquette arrière d'une voiture. Puis ça donne l'impression de faire partie d'une petite communauté secrète. De voir le monde un peu différemment que la plupart des gens.

    Puis il y a l'extrême. Le devotee prend le contrôle, c'est lui qui conduit. C'est obsédant. Ca en devient génant pour penser clairement, voire pour travailler ou vivre en famille.

    1
    Lysss
    Lundi 2 Juillet 2012 à 14:40

     

    J’éprouve cette attirance depuis le début de la puberté et je suis quinquagénaire. J’en ai toujours eu honte, donc pas question d’en parler à quiconque. Je pensais qu’une déception et des difficultés dans ma vie m’avaient vaccinée mais après environ treize ans cet intérêt est revenu.

    Je n’essaie pas d’entrer en contact avec ces hommes car je n’ai rien à leur apporter, ma vie est faite. Je me contente seulement de parcourir internet comme une spectatrice silencieuse.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :