• Un handicapé, ça provoque quel sentiment pour une devotee ?

    Un handicapé, ça provoque quel sentiment pour une devotee ?

    « Je ressens parfois un peu de pitié. Ce qui me dérange, c'est que la pitié est une composante de l'excitation. Ca me donne un côté un peu trop maternel. Cela me donne une agréable sensation de picotement dans le corps, je me sens coupable (dans mon esprit). J'ai difficile de concilier ce conflit.»

    « Je n’ai pas cette impression. J'ai pensé à cela auparavant. Pour moi (je pense), les hommes en fauteuil semblent être la combinaison parfaite pour moi. Une combinaison entre dur et mou, force et la tendresse, force et douceur, en même temps. Donc, bien qu'il y ait une composante sexuelle importante, une autre ne l’est pas du tout. Alors, pas de pitié, aucun sentiment à ce niveau.
    Juste une combinaison parfaite. Ajoutez de l'intelligence, la passion et un sens de l'aventure, je ne peux pas imaginer quelque chose de mieux. »

    « Je ressens parfois quelque chose de similaire (ndlr : premier propos). Peut-être en sachant que la molécule de la pitié est mal vu, c’est ce qui lui donne ce côté excitant. Une chose que je ne veux plus jamais voir, ce sont les photos de « avant ». Je ne veux pas savoir comment c’était avant (l’accident, la maladie, …). J'ai vu une série de photos d'un gars qui était un vrai casse-cou et les photos ont montré son corps avant et après la blessure. Je ne sais pas exactement comment il faut appeler les émotions que j'ai ressenties. Elles étaient fortes. «À l'heure actuelle», il est tout simplement parfait, merci. »

    « Je sais ce que vous sous-entendez quand vous parlez de la pitié que vous ressentez parfois. Pour moi, c'est pareil, mais je préfère l'appeler la compassion. La pitié est différent, c'est plus abstrait, tandis que la compassion c'est presque comme ressentir la douleur vous-même. J'ai des moments comme ça, et ça fait vraiment mal. Ce sont aussi des moments où j’ai parfois honte de moi, honte d’être excitée par une chose qui est liée à la douleur. Et oui, la compassion me réchauffe le corps aussi. Les émotions qu’un homme un fauteuil peut susciter en moi sont donc très mitigées. C'est l'orgueil, c'est la douleur, c'est la vulnérabilité. Et de nostalgie.
    Mais je peux aussi parler à ce que la foi dit à propos de la combinaison de hard et soft. J'ai pensé ça des heures et des heures dans ma vie. Je me dis souvent que ce qui m’intrique chez un homme en fauteuil est peut-être le fait qu’il soit cassé (littéralement). Plus fort qu’un homme physiquement apte, mais en même temps plus vulnérable. Comme les deux moitiés de son corps qui représentent cette idée. Il est difficile de mettre des mots sur ce que je veux exprimer »

    « Il ya tellement de choses que je veux dire, mais en même temps, je me sens incapable d'exprimer mes expériences en anglais (traduction). Alor la plupart du temps, je viens lire et je me dis toujours "wow, c’est pareil pour moi’’. Mais pour apporter quelque chose: oh oui, le sentiment de compassion est là. Je crois que je comprends la métaphore de l’ "homme brisé" que vous avez utilisé. C’est comme si cette partie cassée ajoutait une immense valeur aux valeurs physique et mentales de la personne. Je pense que le sentiment de culpabilité provient d'une impression, comme si j’étais « tout entière » mieux, plus forte en quelques sortes. Il se pose alors la question : « pourquoi dois-je avoir quelque chose que les autres n'ont pas? » Si vous pensez comme ça, vous pouvez ressentir de la pitié uniquement pour quelqu'un qui est moins que vous (pauvre, plus faible, moins chanceux, qui ont perdu quelque chose que vous avez). Mais vous ne pouvez pas aider à se sentir bien sur la façon dont vous êtes chanceux. Je pense que la pitié, c'est l'autre côté de la jalousie, qui amène aussi un sentiment de culpabilité. Mais d'autre part, cet aspect dominateur est aussi un grand point. Je tiens à dominer dans une relation avec un gars valide, donc je suppose que mes fantasmes devotee amplifient ce sentiment. Mais la domination, la domination des femmes en particulier, est souvent associée à quelques chose de  "cruel» ou d’immorale, dans notre société. Il y a donc un conflit entre ce mouvement directeur et les normes sociales. Et là où il y a un conflit, il y a l'autopunition comme une compensation pour faire face à la discordance. Je pense que ces sentiments de culpabilité (pas en ce qui me concerne, mais pour la partie de la compassion de l'histoire) sont l'une des choses qui m'ont empêché de prendre des contacts avec des gars à mobilité réduite.

    Un handicapé, ça provoque quel sentiment pour une devotee ?

    Oh, et il y a autre chose qui me fait vraiment sentir coupable, et j'espère que je ne serai pas jugée trop sévèrement. L'aspect compassion de mon dévotisme est accompagné d'un autre grand point en ce qui me concerne, qui est de sentir que je rends un service à quelqu'un (c’est si laid, que je pourrais m’enterrer après l’avoir écris). Je sais c’est une question de confiance en soi, mais avec des gars valides j’ai en général le sentiment qu'ils me rendent en service, quand ils sont avec moi. Alors que dans mes fantasmes d'un homme handicapé, c’est est moi qui choisi, moi qui fait le déplacement, moi qui donne quelque chose afin d'être avec. Et quand je pense à ça, c'est terrible. Mais de nouveau, je crois que chaque émotion, chaque désir, qu’il soit laid ou non, il me semble, est légitime. Il est là, vous ne pouvez pas le combattre, vous ne pouvez pas l’ignorer et il faut prendre la responsabilité de le posséder. Nul ne peut être jugé pour ses sentiments, seulement pour ses actes. Et c'est ce qui apaise mon égo (rigide).  »

    « C’est si vrai, j’ai rencontré quelques hommes en fauteuil et j’ai eu une relation sérieuse avec un 2 ans et oui leur point de vue sur la vie est très différent de celle d’un gars valide, ce qui les rend encore plus intéressant en tant qu’homme selon moi !
    Vous semblez toujours lire dans mes pensées! (ndlr : un propos précédent) Lol. Je pense la même chose. Et oui, j'ai parfois eu l’impression d’avoir honte de moi-même aussi d’aimer des choses qui sont si difficiles pour les autres. Mais je pense que c'est bien parce que ne sont pas des robots ou des monstres! »

    « J’ai vraiment le sentiment d’avoir cette mixité des émotions, mais mes sentiments se rapportent plus à de la compassion vs pitié. Je trouve que ces sentiments me frappent d’autant plus fort quand ils sortent de nulle part quand je suis avec quelqu’un que je connais quand même bien. Ça sonne cliché, j’ « oublie » souvent le niveau d’invalidité de quelqu'un quand je suis avec eux. Jusqu’à ce qu’ils / nous allions faire quelque chose et qu’ils ont besoin d'aide ou que nous avons touché un obstacle et j'ai une sort de moment de «sensibilité» qui n'est pas toujours à la pointe de ma conscience. Puis j’ai ce serrement au cœur qui est si bien décrit (plus haut) »

     Mon avis : Il est vrai qu’il est difficile de s’exprimer sur le sujet sans choquer, ni froisser le lecteur. Cependant, je reconnais se sentiment de compassion, se sentiment de vivre le handicap avec la personne et  non pas de l’accompagner dans son handicap. Mais pourtant, il faut l’avouer, c’est la présence d’obstacle sur le chemin du handicap qui est excitant. A la fois choquée que les choses ne puissent pas être plus naturelles, et à la fois le plaisir intérieur de voir la personne se battre pour avancer normalement. Voir la difficulté qu’un homme a de monté dans sa voiture, voir un gars en béquille gravir péniblement 3 marches, … Mais pourtant, ce besoin continu de vouloir venir en aide, d’alléger les difficultés, de simplifier la vie, et de la rendre plus naturelle. Alors oui, voir un homme handicapé piégé dans la vie quotidienne, c’est excitant, sa crée de la compassion, ça nous donne envie de l’aider, mais aussi de l’admirer !

    You speak English ? Here is translated: Download - A disabled person, it causes what feeling for a devotee ?

    Source : http://paradevo.proboards.com/index.cgi?board=devs&action=display&thread=1080 

     

     

    « Les cyclesLe dévotisme : une question d’éducation ? »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Al
    Lundi 25 Juin 2012 à 14:43

    C'est vrai, mettre des mots précis sur des sentiments n'est vraiment pas facile. Et quand bien même on trouve les mots juste, le lecteur peut ne pas comprendre simplement parce qu'il ne partage pas des sentiments similaires.

    Pour ma part c'est autre chose qui fait vibrer mon corps et mon coeur et même si le centre d'intérêt est différent je retrouve aussi certaines parties de ce que je peux ressentir dans vos témoignages. 

    Et, grâce aussi à ces articles, je peux mieux comprendre ce que ressent et ce que vit celle que je considère comme la meilleure amie que la vie m'a apporté.

    C'est vrai on est tous différents et donc on est tous attiré par différentes choses ou aspect de la vie mais d'une manière générale on ressents tou les même sentiments et pouvoir les partager est une bonne chose selon moi.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :